Hubert-Félix Thiéfaine

Comme il l'évoque lui-même dans sa chanson « La Fin du Saint-Empire romain germanique », c'est dans le contexte de l'immédiat après-guerre qu'Hubert-Félix Thiéfaine voit le jour, en 1948 dans le Jura. Enfant du pays, c'est à Dole qu'il fait toute sa scolarité au cours de laquelle il découvre les poètes surréalistes et situationnistes et leur licence d'écriture dont il s'inspirera lui-même au cours de sa carrière. En dépit de son admiration pour ces grands athées que sont Lou Reed et Léo Ferré, il est contraint de s'inscrire au petit séminaire afin de devenir prêtre, à l'instar de son oncle, curé d'une paroisse jurassienne.

Mais les influences littéraires et musicales de ce jeune homme plein de spleen adolescent correspondent peu à la rigueur de l'enseignement catholique et Hubert-Félix Thiéfaine renonce à la vocation sacerdotale pour entamer un cursus universitaire plus classique à Besançon où il s'inscrit en fac de psychologie. Ayant déjà tâté de la composition et de la chanson au sein d'un groupe lycéen baptisé Caïds Boys, le jeune homme évolue dans le milieu musical du campus entre deux cours magistraux et … Lire la suite

Dernière MAJ le 31/07/2015