Biographie de Guy Marchand

Né le 22 mai 1937 à Paris (XIXème arrondissement), Guy Marchand connaît la notoriété à l'été 1965 avec le tube « La Passionata ». Figurant dans Le Jour le plus long (1962), il retrouve les caméras pour des rôles plus conséquents dans Boulevard du rhum (1970) aux côtés de Brigitte Bardot, Une belle fille comme moi (1972) de François Truffaut et une série de films à succès, entre nanars (L'Hôtel de la plage, Les sous-doués en vacances) et polars (Tendre poulet, Mortelle randonnée, Garde à vue).

Consacré par un César du meilleur second rôle en 1982 et l'incarnation du détective Nestor Burma sur le petit écran, Guy Marchand est aussi un grand amateur de jazz. La chanson considérée comme un passe-temps devient au fil des succès et des albums une activité à part entière. À son succès initial et accidentel suivent notamment « Sentimental » (1967), « Moi je suis tango » (adaptation d'Astor Piazzolla, 1975), « Relax » (1978), « Romantic romance » (1984) et d'autres simples tirés ou non de ses films, faisant l'objet de plusieurs compilations (Marchand de Rêves : Le Meilleur de Guy Marchand en 1998). En 1979, un autre accident vient gonfler sa cote de popularité avec le détournement de sa chanson « Destinée » (tirée des Sous-doués en vacances) dans la pièce puis le film Le Père Noël est une ordure.

Les albums qui se succèdent parallèlement voient le crooner à la voix profonde changer régulièrement de style. De son premier album en 1969 (« Je cherche une femme ») et un hommage à Fragson l'année suivante, Guy Marchand se prend au jeu de rôles comme au cinéma. Après un album homonyme consacré à la chanson (1979) et entre deux simples à succès, il réalise un enregistrement de jazz avec Claude Bolling (1988), s'éprend de tango argentin (Buenos Aires en 1995) puis de guitare manouche (Nostalgitan en 1998).

Au fur et à mesure, la filmographie comme la discographie s'étoffent de matière plus consistante. Les albums qui paraissent à une cadence régulière enveloppent titres originaux, adaptations et reprises. L'Homme Qui Murmurait à l'Oreille des Femmes (2000) précède un Demain J'arrête (2002) au titre trompeur puisque suivent l'exotique Emilio (2005), Dernière Vague (2006), les standards de jazz de A Guy in Blue (2008) et le nostalgique Aujourd'hui On S'Taille (2010). Les Chansons de Ma Jeunesse en 2012 complètent le tableau d'un chanteur dilettante devenu professionnel.

Dernière MAJ le 31/07/2015