Biographie de Michel Houellebecq

Michel Houellebecq (prononcé [w?l?b?k]), né Michel Thomas à la Réunion, le 26 février 1956 (acte de naissance), ou en 1958 (selon lui), est un écrivain français. Poète, essayiste, romancier et réalisateur, il est, depuis la fin des années 1990, l'un des auteurs contemporains de langue française les plus connus et traduits dans le monde.Il est révélé par les romans Extension du domaine de la lutte et, surtout, Les Particules élémentaires, qui le fait connaître d'un large public. Ce dernier roman, et son livre suivant Plateforme, sont considérés comme précurseurs dans la littérature française, notamment pour leur description de la misère affective et sexuelle de l'homme occidental dans les années 1990 et 2000. Avec La Carte et le Territoire, Michel Houellebecq reçoit le prix Goncourt en 2010, après avoir été plusieurs fois pressenti pour ce prix.Chronologie des publicationsSes deux premiers recueils de poèmes, parus en 1991, passent inaperçus. L’ensemble des thèmes des livres à venir y sont déjà traités : solitude existentielle, dénonciation du libéralisme à l’œuvre jusque dans l’intimité des individus. Les deux recueils suivants seront primés (prix Tristan-Tzara, en 1992, et prix de Flore, en 1996), mais c’est par la prose que l’auteur accédera au succès public.En 1994, son premier roman, Extension du domaine de la lutte, est publié par Maurice Nadeau après avoir été refusé par de nombreux éditeurs. Il fait de Houellebecq le précurseur d’une génération d’écrivains décrivant la misère affective de l’homme contemporain. Loué sur France Inter par Michel Polac et au Cercle de minuit par Laure Adler, le roman rencontre un succès public relatif (comparativement aux 30 000 exemplaires vendus lors de la sortie des Particules élémentaires, quatre ans après), mais deviendra rapidement « culte ». Il est adapté au cinéma en France par Philippe Harel en 1999 et, à la télévision danoise, par Jens Albinus en 2002.En 1998, Les Particules élémentaires, son roman suivant, provoque un tapage médiatique, dû en partie à l’exclusion de son auteur de la Revue Perpendiculaire à laquelle il appartenait, pour incompatibilité d'idées. Le comité de rédaction de la revue publie dans Le Monde une tribune attaquant Houellebecq sur ses idées sociales et politiques présumées. Cette polémique est largement exploitée par l'éditeur Flammarion qui cesse de financer la revue en question. Perpendiculaire cesse de paraître et Houellebecq bénéficie d'un surcroît de visibilité.À la surprise générale, Les Particules élémentaires n'obtient pas le prix Goncourt, décerné à Paule Constant pour Confidence pour confidence, roman que la presse démolira et que Houellebecq jugera « complètement nul ». Les Particules élémentaires obtient cependant le prix Novembre, décerné par un jury dans lequel figure Philippe Sollers, cité dans le roman, et est élu par la rédaction de la revue Lire « meilleur livre de l'année 1998 ». Houellebecq a partagé avec son traducteur, Frank Wynne, le prix IMPAC 2002 pour Atomised, traduction des Particules élémentaires.Houellebecq a aussi signé les paroles de l'album Présence humaine, proche du style de sa poésie. Il n'hésite pas à chanter ou plutôt à parler sur son album, qu'il a également interprété lors de quelques concerts, accompagné du groupe A.S Dragon.En 2004, Michel Houellebecq fait l'objet d'un « transfert » de son ancien éditeur, Flammarion, vers les éditions Fayard, au sein du groupe Hachette Livre qui, lui-même, appartient au puissant groupe Lagardère ; cela avec des conditions financières inhabituelles dans l'édition française et l'assurance de voir son futur roman porté sur le grand écran. Lors de la rentrée littéraire 2005, il occupe, avec La Possibilité d'une île, une grande partie des pages « culture » des médias, éclipsant les 600 autres nouveautés de la « rentrée littéraire ». Toutefois, les ventes du livre sont, finalement, moindres que prévu (300 000 exemplaires vendus contre 400 000 espérés).En 2007, Houellebecq travaille sur la préproduction du film La Possibilité d'une île tiré de son roman, film qu'il réalise lui-même avec Benoît Magimel dans le rôle principal. Lors de la sortie sur les écrans, en 2008, le film est un échec commercial et critique.En 2008, Houellebecq publie Ennemis publics, une série d'échanges épistolaires par courriers électroniques avec Bernard-Henri Lévy.En 2010, il publie La Carte et le Territoire chez Flammarion, pour lequel il obtient le prix Goncourt 2010. Ayant plusieurs fois échoué à remporter ce prix pour lequel il avait déjà été pressenti, Michel Houellebecq déclare : « [Maintenant que j'ai le Goncourt], on ne se demandera pas si je vais avoir le Goncourt ou non la prochaine fois, ce sera moins de pression, plus de liberté, même si j'ai toujours été assez libre ».De façon générale, Houellebecq accorde une place importante à son œuvre d’essayiste. Il est intervenu dans Les Inrockuptibles, dans Perpendiculaire, dans L'Atelier du Roman, dans Immédiatement, ainsi que dans la presse internationale.Critique des stratégies éditorialesUn autre aspect important des critiques concerne l'importante campagne promotionnelle qui entoure la sortie des nouveaux romans de Michel Houellebecq, et l'attention portée autour de sa personne. Les critiques relèvent ainsi le rôle et les stratégies de ses maisons d'éditions, l'importante médiatisation à travers de très nombreux articles dans la presse française, la conjonction de la rentrée littéraire française et l'important tapage médiatique autour des attributions de prix littéraires, ou les controverses liées aux propos provocateurs des personnages de roman ou de l'auteur lui-même. Des nombreux commentateurs suggèrent ainsi que la qualité littéraire des romans serait usurpée, et que le succès des romans proviendrait principalement d'un effet de mode et d'une très efficace stratégie commerciale. Pour illustrer ces stratégies, Éric Naulleau mentionne par exemple qu'avant la sortie en librairie du roman La Possibilité d'une île, seuls quelques rares exemplaires avaient été soumis à des critiques soigneusement sélectionnés, renforçant ainsi l'attente et la curiosité du public sans permettre un large éventail de critiques.D'autres commentateurs expliquent que les stratégies éditoriales et médiatiques ne retirent pas la qualité de l'œuvre, que « le succès ne signifie pas la médiocrité », et ils regrettent que les critiques littéraires ou journalistiques s'éloignent trop souvent de l'analyse littéraire des romans voire de leur simple lecture : « Autour du phénomène Houellebecq, tout le monde oublie qu’il faut parler de littérature » (Meltz)

Critique des idées de l’auteur

Un autre aspect des critiques concerne les idées politiques, morales et philosophiques soutenues par les personnages et le narrateur des romans, ou bien énoncées par l'auteur. L'aspect scandaleux ou provocateur de certains de ces points de vue a donné lieu à différentes interprétations (racisme de l'auteur, xénophobie, jeu médiatique...) et a donné lieu à des controverses médiatiques, littéraires (Le Vingt-Septième Livre de Marc-Édouard Nabe, par exemple) et même à des procédures judiciaires.Romans
  • 1994 : Extension du domaine de la lutte, Éditions Maurice Nadeau.
  • 1998 : Les Particules élémentaires, Flammarion, lauréat du prix Novembre, « meilleur livre de l'année ».
  • 2001 : Plateforme, Flammarion.
  • 2005 : La Possibilité d'une île, Fayard, lauréat du prix Interallié.
  • 2010 : La Carte et le Territoire, Flammarion, lauréat du prix Goncourt.

Poésie

  • 1988 : « Quelque chose en moi », La Nouvelle Revue de Paris, Éditions du Rocher.
  • 1992 : La Poursuite du bonheur, La Différence, lauréat du prix Tristan-Tzara.
  • 1995 : La Peau, poèmes, livre d'artiste avec Sarah Wiame (six cent quatre-vingts exemplaires).
  • 1996 : La Ville, poèmes, livre d'artiste avec Sarah Wiame (vingt-cinq exemplaires).
  • 1996 : Le Sens du combat, Flammarion, lauréat du Prix de Flore.
  • 1997 : Rester vivant suivi de La Poursuite du bonheur, édition revue par l'auteur, Flammarion.
  • 1999 : Renaissance, Flammarion.
  • 2000 : Poésies, J'ai lu.
  • 2010 : Poésie, Flammarion.
  • 2013 : Configuration du dernier rivage, Flammarion.

Essais

  • 1991 : H.P. Lovecraft. Contre le monde, contre la vie, éditions du Rocher.
  • 1991 : Rester vivant, méthode, La Différence.
  • 1998 : Interventions, recueil d'articles, Flammarion ; Interventions 2 (2009), édition augmentée.

Textes et nouvelles

  • 1993 : Contribution à Genius Loci, collectif, La Différence, coll. « Mobile matière ».
  • 1995 : « Approches du désarroi », Objet perdu. Idées - Fictions - Images, album collectif, Parc.
  • 1997 : Une nouvelle dans Dix, recueil de nouvelles collectif, Grasset/Les Inrockuptibles.
  • 1997 : Participation à « La Question pédophile », L'Infini, n 59, Gallimard.
  • 2000 : Lanzarote, récit sur photographies, Flammarion.
  • 2000 : « Rudi », Elle, n 1648, supplément « Une nouvelle inédite ».
  • 2000 : « La Privatisation du monde », L'Atelier du Roman, n 23.
  • 2000 : Rédaction de l'article « Neil Young » dans le Dictionnaire du Rock, Robert Laffont, coll. « Bouquins ».
  • 2002 : Lanzarote et autres textes, Librio.
  • 2002 : Europe Endless, auto-publication.
  • 2002 : Participation à Balade en Seine et Marne. Sur les pas des écrivains de Dominique Noguez, Éditions Alexandrines.
  • 2003 : « J'ai un rêve », Bordel, n 3, Flammarion.
  • 2004 : Une nouvelle dans Des nouvelles du Prix de Flore, Flammarion.
  • 2005 : Rester vivant et autres textes, Librio.

Préfaces

  • 1991 : L'Odeur des Jacinthes de Remy de Gourmont, anthologie poétique, choix et présentation de Michel Houellebecq, La Différence.
  • 1998 : Postface au SCUM Manifesto de Valérie Solanas, Mille et une nuits.
  • 2003 : Préface à Érotoscope de Tomi Ungerer, Taschen.
  • 2003 : « Préliminaires au positivisme », préface à Auguste Comte aujourd'hui, collectif, Éditions Kimé.
  • 2005 : Préface à Théorie générale de la religion ou théorie positive de l'unité humaine d'Auguste Comte, Mille et une nuits.
  • 2008 : Introduction à Jeff Koons : Versailles, catalogue d'exposition, Éditions Xavier Barral.
  • 2010 : Préface à Un roman français de Frédéric Beigbeder, Le Livre de poche.
  • 2012 : Préface à L'Imaginaire touristique de Rachid Amirou, CNRS Éditions.

Correspondance

  • 2008 : Ennemis publics, correspondance avec Bernard-Henri Levy, Flammarion/Grasset.

Dernière MAJ le 12/01/2014