Biographie de Eddie Barclay

Eddie Barclay est né plus simplement Edouard Ruault le 26 janvier 1921 à Paris, où ses parents tiennent un café rue Diderot, dans le XIIème arrondissement. Le jeune homme fait son apprentissage musical au piano que lui a offert son père pour l'obtention de son certificat d'études ; il compose quelques airs.

En pleine Occupation, il ouvre sa première salle dans un club de Saint-Germain-des-Prés où viennent danser les soldats américains. Par la suite, il orchestre des airs de jazz et prend un nom à consonnance américaine : il devient Eddie Barclay et ouvre le « Barclay's Club ». Il crée Blue Star, une petite maison de distribution de 78 tours de jazz.

« L'empereur du microsillon »

En 1948, Eddie Barclay et sa femme Nicole sont les premiers à importer en France les microsillons 33 tours en provenance des Etats-Unis. Le phénomène prend rapidement de l'ampleur, car ces nouveaux disques sont plus pratiques et plus solides que les 78 tours, même s'ils sont écoutable sur un nouveau support.

En 1955, Barclay fait connaître de nouveaux interprètes figurant à son catalogue d'artistes, tel Eddie Constantine qui obtient un grand succès avec « Un enfant de la balle ». Par la suite, c'est une pléiade de chanteurs qui vont défiler sous son étiquette : Charles Aznavour, Léo Ferré (avec qui il aura une relation difficile), Dalida, Jean Ferrat, Henri Salvador, Hugues Aufray, puis Eddy Mitchell, Michel Sardou ou Daniel Balavoine. Jacques Brel signe un contrat à vie.

Ce fondu de jazz se lie aussi d'amitié avec quelques grands noms comme Quincy Jones, qui arrange plusieurs de ses albums, Louis Armstrong, Ella Fitzgerald ou Dizzy Gillespie. La marque Barclay devient l'un des plus prestigieux label de l'Hexagone, et ne rate aucune mode, du rock'n'roll au yé-yé, en passant par la variété et la danse. Personnage incontournable des soirées parisiennes, l'escogriffe moustachu promène partout sa silhouette blanche prolongée d'un éternel cigare. Les fêtes qu'il organise dans sa villa tropézienne sont légendaires.

A la fin des années 1970, Eddie Barclay vend sa marque au groupe PolyGram (qui deviendra Universal). Il reste à la tête de sa société pendant cinq ans avant d'abandonner les affaires. Même retraité, ses mariage à répétition (huit au total entre 1945 et 1988) font les choux gras de la presse à sensation. Il publie ses mémoires en 1988 (Que la fête continue, Robert Laffont).

Il décède le 13 mai 2005 à l'hôpital Ambroise Paré à Boulogne-Billancourt, à l'âge de 84 ans.

Dernière MAJ le 31/07/2015