Biographie de André Popp

Biographie

André Popp se définie lui-même comme un autodidacte. Élève pendant la guerre d'une institution religieuse, l'institution Saint-Joseph, il est appelé à tenir l'harmonium en remplacement de l'abée organiste mobilisé lors de la Seconde Guerre mondiale. Il passe alors ses récréations, seul dans la chapelle, à répéter les morceaux destinés à la messe et à jouer des musiques modernes. Il avouera lui-même que Ravel, Stravinsky, Messiaen, l’attiraient beaucoup plus que Bach ou Beethoven. C'est ainsi que s'est dessiné sa vocation musicale.En 1945, sa rencontre en Vendée avec Jean Broussolle qui l'initie à la chanson et avec lequel il "monte" à Paris sera déterminante pour le début et la suite de sa carrière. A ses débuts à Paris, André Popp est embauché en tant que piano-bar. Puis, le hasard des rencontres fera qu'il sera engagé comme pianiste accompagnateur au cabaret des Trois Baudets (il y accompagnera entre autres Pierre Dac et Francis Blanche).Il entre ensuite au Club d'Essai de la RTF dirigé par Jean Tardieu. Il réalise ses premières orchestrations et direction d'orchestre, croise le chemin de Philippe Soupault et Raymond Queneau avec qui il collabore pour les "Chansons d’Écrivains" et se voit confier l'émission "Chansons pour Demains", où il travaille pour de futurs grands artistes comme Georges Brassens.Nommé en 1953 producteur et chef d'orchestre d'un des programmes phares de l'ORTF, "La bride sur le cou", il compose de nombreuses musiques (une demie heure de musique à écrire par semaine). Certaines serviront ensuite d'indicatif télévisé. L'année suivante, 1960, lui apporte son premier succès international avec "Les lavandières du Portugal". Puis, en 1969, il reçoit son 1er grand prix eurovision avec Tom Pillibi, chanté par Jacqueline Boyer sur des paroles de Pierre Cour.[Liens et références à rajouter - L'ajout du suivi chronologique avec dates et lieux viendra ensuite ][Beaucoup d'erreurs ci-dessous. Je rectifierai sous la dictée de mon père, André Popp]Sa composition L'amour est bleu (avec des paroles de Pierre Cour), défendue par Vicky Leandros pour le Luxembourg au Concours Eurovision de la chanson 1967, arrive à la quatrième place sans toutefois obtenir immédiatement un succès semblable à celui remporté par Tom Pillibi. C'est la version instrumentale réalisée par Paul Mauriat en 1968 sous le titre Love Is Blue qui en fait un succès mondial. Grâce à son impact notamment en Amérique du Nord (Canada, n 1 des ventes aux États-Unis) et au Japon, cette chanson est propulsée en tête des hits-parades européens.Durant ces années 1960, il est arrangeur pour de nombreux chanteurs français de premier plan comme Juliette Gréco, et surtout pour Marie Laforêt pour laquelle il compose également les musiques de quelques-unes de ses plus grandes chansons : Ah ! Dites dites (1965), Manchester et Liverpool (1966), Mon amour, mon ami et Ivan, Boris et moi (1967).Il est le compositeur du célèbre Piccolo, Saxo et Compagnie ou la petite histoire d'un grand orchestre (1956), conte musical pour enfants destiné à un apprentissage des instruments de l'orchestre et des rudiments de l'harmonie. 5 albums 33 tours verront le jour, le 3 au cirque Jolibois faisant participer les Sipolos.Il a écrit des indicatifs pour des émissions de radio telle que Les Maîtres du mystère ou de télévision comme Des chiffres et des lettres.

Dernière MAJ le 19/01/2014