Claude Dejacques

Ancien militaire, prisonnier des Viêt-cong pendant deux ans, à vingt-quatre ans, Claude Bergerat, alias Claude Dejacques, a déjà vécu une vie de baroudeur. Par hasard, il se retrouve magasinier dans un club de livres et de disques. En 1957, il entre chez Philips, où il restera jusqu'en 1969. Il est agent de planning, adjoint à l'artistique, puis directeur artistique. Directeur artistique, ça veut dire quoi ? lui demande Michel Berger*, lors d'un déjeuner. « Être là au bon moment, répond Dejacques, être à l'écoute intérieure de l'artiste, mais aussi garder l'oreille du public, empêcher le technicien d'arrêter pour un craquement un enregistrement qui se révèle exceptionnel. » Jusqu'en 1986, il exercera successivement chez Philips, Festival, Pathé Marconi, et en « free » chez Barclay et Vogue. La liste est longue des artistes qu'il a découverts ou accompagnés : Catherine Lara*, Barbara*, Louki*, Montand*, Yves Duteil*, Yves Simon*, Nougaro*, Maxime Le Forestier*… En 1986, il quitte le métier pour « se saouler d'éternité », loin du show-biz, en photographiant pour l'agence Kipa les lagons du Viêt-nam. Lire la suite

Dernière MAJ le 31/07/2015