Biographie de Jean Leloup

Bien que né le 14 mai 1961 à Sainte-Foy au Québec, Jean Leclerc a passé une grande partie de son enfance au Togo et en Algérie. Cette rencontre de la glace canadienne et du feu africain a donné naissance à un personnage haut en couleurs surnommé aussi « John the Wolf » ou « Roi Ponpon ». Ses chansons aux textes provocants s'insèrent parfaitement dans l'atmosphère du Montréal du début des années 1980. Vainqueur du festival international de la chanson de Granby en 1983, il endosse en 1986 le costume à paillettes du Ziggy de Starmania. Encore trois ans et Jean Leclerc devenu Jean Leloup sort son premier album Menteur. Le disque contient deux de ses futurs classiques avec « Alger » et « Printemps-été ». Jean Leloup va finalement exploser médiatiquement et commercialement avec un registre qui n'est pas le sien. Ajoutée à l'album L'Amour Est Sans Pitié (1990), la chanson « 1990 » adopte un tempo dance qui n'a rien à voir avec la tonalité commune de Jean Leloup.

« 1990 » devient un tube de par le monde en 1991, en particulier en France et dans les clubs américains. Jean Leloup met six ans à s'en remettre et ne sort son disque suivant Le Dôme qu'en 1996. Cette fois, le succès est incarné par la chanson « I Lost My Baby », beaucoup plus en relation avec la personnalité artistique de Jean Leloup. En 1997, Jean Leloup participe à Bran Van 3000 de son ami Joseph Di Salvio. L'année suivante, Les Fourmis mélange nouvelles chansons et enregistrements en public. Jean Leloup se fait attendre jusqu'en 2002 pour l'intimiste La Vallée des Réputations, avant de mettre en scène un symbolique suicide scénique en 2003. Redevenu Jean Leclerc, il sort sous son véritable nom l'album Mexico en 2006. Le loup hurle à nouveau sur Mille Excuses Milady en 2009, suivi d'une triomphale tournée au Canada. Bien campé sous son haut-de-forme emblématique, Jean Leloup délivre A Paradis City en février 2015.

Dernière MAJ le 06/10/2015