Biographie de Pierre Delanoë Leroyer

Ancien élève des oratoriens et licencié en droit, il entre dans l'Administration et devient, avant la guerre, inspecteur des impôts. À la Libération, il retrouve son beau-frère Franck Gérald, qui compose des musiques. Il s'amuse alors à mettre des paroles sur ces mélodies et il leur vient l'idée de monter un numéro de duettistes.

Electron

Leur répertoire baroque s'accommode de titres tels que « Y'a un pli au tapis du salon » ou « Rondo pour un électron ». Un jour, Jean Nohain le présente à la chanteuse Marie Bizet, chez qui il fait la connaissance d'un certain François Silly, qui va devenir Gilbert Bécaud.

Et Maintenant

Cette rencontre est le départ d'une très longue carrière d'auteur de chansons, d'autant que, par la suite, la présence du poète-préfet Louis Amade ne fera que consolider cette nouvelle association qui produit une remarquable série de succès : « Mes mains », « Le jour où la pluie viendra », « Marie, Marie », « Nathalie », « LOrange », « Et maintenant », « Dimanche à Orly », « Je t'appartiens », « le Pianiste de Varsovie ».

Grognard

Pierre Delanoë devient le parolier recherché de nombreux compositeurs et interprètes, parmi lesquels Édith Piaf (« Les Grognards »), Bob Azam, Yvette Giraud et Tino Rossi. En 1960, il remporte le grand prix de l'Eurovision avec « Dors mon amour », chanté par André Claveau.

Les copains

Son importante activité d'auteur ne l'empêche pas de faire équipe, de 1955 à 1960, avec Lucien Morisse à la direction des programmes d'Europe n° 1, la nouvelle station radiophonique. Et c'est une de ses chansons, « Salut les copains », qui devient le titre de l'émission phare de Daniel Filipacchi sur cette antenne.

Epervier

Pierre Delanoë revient bientôt à ses chansons. Il écrit toujours pour Gilbert Bécaud, mais il se consacre désormais au répertoire de bien d'autres interprètes. Il signe ainsi avec Hugues Aufray plusieurs succès, « Le Rossignol anglais », « Stewball », « L'Épervier », et « La Fille du Nord », extraite d'un album exclusivement composé de chansons de Bob Dylan, traduites pour la première fois en français.

L'été indien

 À partir de 1967, ce sera Michel Fugain (« Je n'aurai pas le temps »), puis Nicoletta (« Il est mort le soleil »), Nana Mouskouri (« L'Amour en héritage »), Michel Polnareff (« Le Bal des Laze »), Joe Dassin (« Le Chemin de papa », « Champs-Élysées », « L'Amérique », « L'Été indien »). Gérard Lenorman (« La Ballade des gens heureux »), Michel Sardou (« Le France », « La Java de Broadway », « Les Vieux mariés »).


Il est mort le soleil

Son caractère possessif, emporté mais toujours pour la bonne cause, lui a donné une image de marque qu'il a pleinement assumée et qui lui colle à la peau comme la poésie à ses plus beaux refrains. Pierre Delanoë décède le 27 décembre 2006, laissant une empreinte majeure sur la chanson française.

Dernière MAJ le 31/07/2015