Biographie de Jean-Philippe Goude

Vie et œuvre

Jean-Philippe Goude grandit dans une famille musicale : sa mère est violoniste, prix Jacques-Thibaud; son père est mélomane et pianiste amateur assidu. Il se met au piano à l'âge de 10 ans, mais abandonne l'instrument deux ans plus tard à la faveur d'un déménagement. Il fréquente en pointillé les écoles de musique (Conservatoire de Pantin, avec Irène Jarsky, Marc-Olivier Dupin), où il apprend les rudiments d’harmonie, de contrepoint et d’analyse musicale. Il entreprend ensuite des études de musicologie à l'Université de Paris VIII ("Vincennes"). Dilettante, il fréquente le Centre culturel américain où il se frotte à la pratique du jazz, et entre dans la nébuleuse Magma. Il découvre les premiers synthétiseurs analogiques et l’informatique musicale.Si ses premières compositions datent de 1969, son premier engagement remonte à 1975 (composition et enregistrement de la musique de Frankenstein, pièce de Philippe Adrien au Théâtre de la Roquette [Paris]). Il participe à l'aventure de divers groupes de rock progressif, dont Madame Bertrand (en collaboration avec Olivier Cole et François Gingle) qui se dissout en même temps qu'il sort son premier disque (Jeunes années, 1975). De 1976 à 1979, il participe au groupe Weidorje de Bernard Paganotti où il tient les claviers et compose. En parallèle, avec Alain Ranval, il monte le projet Drones, et sort un deuxième disque sous son nom en 1979.À partir de 1979, Jean-Philippe Goude s'oriente vers la direction artistique, les arrangements et la composition. Il travaille aux trois premiers albums du groupe Odeurs (1979-1983), collabore avec Dick Annegarn sur l'album Citoyen (1981), et surtout Renaud (1979-1985) avec qui il travaille sur les albums Marche à l'ombre, Le Retour de Gérard Lambert, Morgane de toi, Mistral gagnant (il compose le thème instrumental de la chanson « Mistral gagnant »), et Putain de camion.En 1986, Jean-Philippe Goude se détourne de la variété de qualité, et reprend ses travaux personnels de composition. Il s'engage également dans les musiques pour l'image.À partir de 1987, il collabore avec Michel Portal pour des musiques de films (enregistrées ou improvisées en public), et donne des concerts et des spectacles avec Ivry Gitlis, Andy Emler, Bernard Lubat, Renaud Garcia-Fons. Il travaille également avec des chorégraphes et des danseurs comme Carolyn Carlson, Larrio Ekson, Jorma Uotinen...En 1992, il donne la pièce Salve Regina pour contralto, violon, violoncelle et piano, au Théâtre des Champs-Élysées (Paris) dans le cadre du festival Musicora (création le 8 avril 1992, avec Gérard Lesne contralto, Johannes Leertouwer au violon, Bruno Cocset au violoncelle et Marie-Pierre Brun au piano—Reprise le 25 juin 1992 au Palais Farnèse (Rome) dans le cadre du RomaEuropa Festival).En 1994, il crée l'Ensemble Jean-Philippe Goude.Son activité discographique s'intensifie: De Anima (1992), Ainsi de nous (1994), La divine nature des choses (1996), Rock de chambre (2001), Aux solitudes (2008)...En 2004, Jean-Philippe Goude répond à une commande du Festival Les Tombées de la nuit (Rennes), et crée sous le titre Rock de chambre 21 pièces pour septuor ("Aire libre" de Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes, les 26, 27 et 28 février 2004). La pièce est interprétée par l’Ensemble et est reprise en tournée française, courant 2004. Sont projetées et mixées en direct les créations d'Alain Escalle.En 2005, une commande de l’Orchestre de Bretagne et du Festival Les Tombées de la nuit lui permet de donner à l’Opéra de Rennes (5 et 6 juillet 2005) une Ouverture concerto pour clarinette et orchestre, et une pièce Musiques de l'instant pour orchestre. L'interprétation rassemble Paul Meyer à la clarinette et l’Orchestre de Bretagne sous la direction de Bruno Fontaine. Le programme est repris le 10 juillet 2005 au Grand Théâtre de Reims, dans le cadre des Flâneries musicales d'été de Reims.En 2008, il donne "Aux solitudes" à l’Opéra de Rennes. En 2009, il répond à la commande des Flâneries musicales d'été de Reims et crée J'avance masqué avec le Quatuor Modigliani.Jean-Philippe Goude déclare qu'il est « plus un solitaire qu’un autodidacte ».

Musiques pour l'image

  • Musiques de films
  • Musiques de films publicitaires
  • Musiques de génériques pour la télévision
  • Musiques d'habillage d'antenne pour la télévision

Dernière MAJ le 25/09/2013