Biographie de Georges Coulonges

Biographie

Issu d'un milieu modeste, Georges Coulonges devient comédien après la Seconde Guerre mondiale, et assez vite, entre comme bruiteur à la radio, avant de devenir producteur d'émissions de variétés radiodiffusées. À la radio et sur scène, il est pendant quatre ans « le receveur Julien », un joyeux employé du tramway. En 1956, il « monte » à Paris pour écrire, notamment des chansons. En 1965, sa chanson Potemkine, qu'interprète Jean Ferrat, est déprogrammée de l'émission Âge tendre et tête de bois. Diverses personnalités s'insurgeront de cette censure de l'ORTF.L'an 1970 marque le centenaire de la Commune de Paris. Pour l'occasion Georges Coulonges publie La Commune en chantant, un recueil et étude aux travers des chansons de l'époque sur l'évènement historique. L'ouvrage donne lieu à un spectacle éponyme joué à Paris, dont la captation sur disque est diffusée en 1971. Cette même année, Coulonges écrit pour Jean Ferrat La Commune, un texte dans la veine des chansons engagées et humanitaires de l'artiste (comme l'album Aimer à perdre la raison).Touche-à-tout très engagé socialement, Georges Coulonges a été résistant FFI, secrétaire du Syndicat national des auteurs et des compositeurs, président du Secours populaire du Seizième arrondissement de Paris, membre du comité antifasciste, du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP), du Mouvement de la paix et du Parti communiste français (1964-1971). Ardent défenseur de l'éducation et de la laïcité, il fut en cela reconnu par différents conseils municipaux qui nommèrent des groupes scolaires à son nom (à Montauban, Cahors et Auch).

Prix littéraires et autres distinctions

  • Grand prix de l'humour 1964 pour son roman Le Général et son train (reçu des mains de Jules Romains)
  • Prix Alphonse Allais 1966 pour son roman La Lune Papa
  • Prix exceptionnel de la SACEM pour son essai La Chanson en son Temps
  • Prix « Plaisir du Théâtre » 1979 pour son adaptation théâtrale du conte de Voltaire : Zadig
  • Grand prix littéraire de la ville de Bordeaux 1993 pour l'ensemble de son œuvre
  • Prix « L'enfant et la ville » de la ville de Vénissieux 1996 pour son livre pour enfants On demande grand-père gentil et connaissant des trucs
  • Sélection « Les cents livre de l’Éducation nationale » 1997 pour son livre pour enfants Une grand-mère en chocolat
  • Prix des Maisons de la Presse, 2000 pour son roman L’Été du grand bonheur
  • Mars 1997 : Inauguration d'un groupe scolaire à son nom à Montauban
  • Printemps 1999 : Inauguration d'un groupe scolaire à son nom à Cahors
  • 12 juin 2004 (1er anniversaire de sa mort) : Inauguration d'un groupe scolaire à son nom à Auch

Dernière MAJ le 25/09/2013