Biographie de Allain Leprest

Né le 3 juin 1954 dans le Cotentin et issu d'une famille modeste, Allain Leprest est attiré, tout jeune déjà, par les grands paroliers français comme Léo Ferré et Georges Brassens.

Après un CAP en bâtiment et un service militaire cahotique, il fait paraître un recueil de poésie, puis monte à Paris pour chanter dans quelques cabarets.Son apparition au Printemps de Bourges lui permet de rencontrer des professionnels de la chanson. Il a l'occasion d'écrire pour Isabelle Aubret, Juliette Gréco et surtout Romain Didier, qui écrira par la suite souvent pour Leprest.

Vieux routier de la chanson, Allain Leprest a donc d'abord écrit pour les autres, avec un style virtuose fait de rimes rigoureuses, récurrentes et de mots choisis pour leur justesse et leur effet sonore. Installé sans complexe dans la tradition rive gauche, tendance Brel pour la fougue et l'écriture, et se réfère aussi à Antoine Blondin, auquel Leprest dédiera une chanson, « Rue Blondin ».

Membre du Parti communiste (« Papa est anar, alors j'ai fait Stal », dit-il tranquillement), il sort un premier disque en 1986, Mec, avec la collaboration de Romain Didier sur certains titres. On y remarque vite sa voix tranchante et ce sens de la formule qui rappelle en effet le grand Jacques, notamment dans « La Retraite » (« Tiens, c'est le fond de la bouteille / ça y'est, nous voilà vieux ma vieille »). Il ne néglige pas pour autant la musique, pratiquant parfois des arrangements country ou recourant, sur Voce a Mano (1992), à l'accordéon magique de Richard Galliano.

Reconnu par ses confrères, il reçoit plusieurs prix pour son oeuvre (Académie Charles-Cros en 1993, Raoul Breton en 1996, Grand Prix national de la musique en 1999...), et remporte également un franc succès auprès de son public lors de festivals ou de Fêtes de l'humanité, mais surtout lors de son récital à l'Olympia en 1995.

Soutenu par la presse mais très peu diffusé en radio et inexistant à la télévision, Allain Leprest n'en continue pas moins de publier des albums : Nu en 1998, Donne-Moi de Mes Nouvelles en 2005 et Quand Auront Fondu les Banquises en 2008.

Deux volumes d'un hommage de ses pairs chanteurs et compositeurs lui ont été consacrés en 2008-2009 : Chez Leprest et Chez Leprest Vol. 2, avec un concert au Bataclan en mars 2008.

Le chanteur qui se savait atteint d'un cancer du poumon, se donne la mort le 14 août 2011 à Antraigues-sur-Volane (Ardèche), alors qu'il était l'invité d'honneur et s'était produit lors du festival Ferrat.

Dernière MAJ le 31/07/2015