Biographie de Sheila Chancel

L'histoire dit qu'elle chantait déjà sur les marchés où elle vendait des bonbons avec ses parents. Claude Carrère, son producteur, exauce son rêve. Sheila, de son vrai nom Annie Chancel est née le 16 août 1946 à Créteil. Issu d'un milieu modeste, elle prend des cours de comptabilité tout en faisant partie du groupe Les Guitar Brothers. Carrère la repère lors d'une audition et lui fait enregistrer un premier quatre titres chez Philips, « Sheila ». II devient son pygmalion mais la chanteuse ne touche pas toujours les dividendes de ses succès. En 1995, elle lui intente d'ailleurs un procès retentissant pour récupérer son dû.

Il faut dire que dès 1963, Sheila est un véritable juke-box à tubes ! La jeune fille au look d'écolière sage devient un phénomène yé-yé avec « L'école est finie », « Première surprise-partie », « Le Sifflet des copains », « Vous les copains », « Ecoute ce disque », etc. A l'instar d'autres vedettes de l'époque, Sheila possède un répertoire essentiellement traduit de titres anglophones. En 1966, elle enregistre « Bang Bang », énorme succès adapté de la chanson de Sonny Bono pour Cher et reprise par Nancy Sinatra. L'année suivante, elle joue son propre rôle dans le film du même titre de Serge Piolet (1967), une de ses rares tentatives au cinéma avec L'Ile au Trésor de Raul Ruiz (1985). En 1968, « Petite fille de français moyen » la consacre définitivement « idole des jeunes » (à couettes).

Mâche des Malabar comme Sheila et Ringo

En 1971, la vedette, à peine âgée de vingt-cinq ans, fait désormais danser avec « Les Rois mages », plus tard suivi d'un autre épisode biblique « L'Arche de Noé » (1977). Il faut dire que Sheila va, elle aussi connaître le « déluge ». Le 13 février 1963, elle sortait « L'Ecole est finie ». Le 13 février 1973, Annie Chancel se marie avec Guy Bayle alias Ringo Willy Cat à la mairie du 13ème arrondissement à 13h13. Cette fois-ci, elle n'a pas tiré le bon numéro et leur union ne dure que quelques années. Reste surtout le célèbre duo des tourtereaux « Laisse les gondoles à Venise » , qui sort une dizaine de jours avant le mariage du couple. Pourtant, Sheila est victime de folles rumeurs : on dit qu'elle est un homme et qu'elle a été opérée... En 1975, elle met bien au monde un garçon, Ludovic, né de son union avec Ringo. Le divin enfant devient célèbre en 2005, avec la parution du livre Fils de, qui évoque ses frasques et ses relations avec sa mère.

Queen of the world

Sheila aurait pu chanter « Born to Be Alive » de Patrick Hernandez. En effet, la fièvre disco relance sa carrière à la fin des années 1970. Exit les chaussettes blanches et la jupe écossaise : désormais, Sheila porte des combinaisons argentées futuristes et des shorts à paillettes roses sexy. Elle s'associe au groupe funk B. Devotion, vouant son corps au groove pour trois tubes inoxydables : « Love Me Baby », « Singin' in the Rain » (1977) et « Spacer » (1979). Sheila devient une artiste internationale et son album King of the World sort dans 50 pays. Dans la foulée, la chanson « Little Darlin' » se classe en 1981 à la 49ème place du classement Billboard américain, une première depuis la consécration de Piaf aux Etats-Unis.

Chemins de lumière

Au milieu des années 1980, Sheila, encore auréolée de disco, poursuit une carrière en demi-teinte, notamment avec la reprise de « Glori, gloria » d'Umberto Tozzi. Elle enregistre sous la houlette de son nouveau compagnon Yves Martin un album assez différent de ce qu'elle a pu faire par le passé, On Dit... En théorie, Sheila n'a plus rien à prouver, pourtant elle n'a pas chanté en concert depuis sa première tournée en 1963. En 1985, on spectacle Enfin Sur Scène passe au Zénith de Paris et en province. Elle ne remplit pas la salle tous les soirs, mais elle aborde la scène comme une vraie révélation. En 1987, la chanteuse intègre le Top 50 avec « Comme aujourd'hui », adaptation en français de « Be My Baby » des Ronettes, suivi de l'album remarqué Tendances. Puis, elle surprend avec ses adieux à l'Olympia en 1989, reprenant devant un public ému « Je suis venue te dire que je m'en vais ». Enfin, Sheila écrit un livre, Les Chemins de lumière, où elle dit avoir été moine tibétain dans une autre vie (1993), sort un roman autobiographique Et si c'était vrai (1995) et revient liftée pour animer sur TF1 Salut Les Copains avec Dave (1996).

La Dinde

Comme disait son ami Claude François, la chanson, « ça s'en va et ça revient ». Sheila sort donc des maxis composés de remixes (« Les Rois mages », « Spacer »), un Best of (1998), l'album Dense (1999) et remonte à l'Olympia pour ses quarante ans de carrière en 2002. Puis, c'est reparti pour des rééditions et son intégrale studio de 18 CD.

En 2008, elle revient avec C'est écrit, l'enregistrement live de son spectacle au Cabaret Sauvage et entame une nouvelle tournée jusqu'au mois d'août. Le coffret de l'intégrale de ses singles de 1962 à 1969 sort en avril, en bonus les versions instrumentales. En mai paraît la compilation The Disco Years dans une nouvelle version. Enfin, la même année, Sheila a interprété une sorte de « Desperate housewife » dans La Dinde, un court-métrage d'Anna Margarita Albelo écrit pour elle et diffusé sur Canal +.

Après une longue absence émaillée d'événements personnels relayés par la presse people, Sheila retrouve les studios pour l'enregistrement de l'album Solide sorti fin 2012. Réalisé par son compagnon Yves Martin, Solide comprend la ballade « Pour sauver l'amour » et des compositions signées Jacques Veneruso (« Une arrière-saison ») et Florian Gazan (« Et je me passe »). La chanteuse fête ensuite ses cinquante années de carrière par une série de concerts à l'Olympia.

Dernière MAJ le 06/10/2015