Biographie de Sir Alice Daquet

Naissance de Alice Daquet

Alice Daquet grandit en banlieue Parisienne, à Aulnay sous Bois. Petite, elle se déguise, chante, s'enregistre sur des magnétophones. Pour un de ces Noël, son oncle lui offre une machine à chanter, jouet qui fait office d'enregistreur à deux bandes. A 10 ans, c'est ainsi les débuts de l'expérimentation sonore. Très en marge et mal intégré, la jeune Alice se réfugie dans le savoir. Très bonne élève, elle évoque son désir d'apprendre comme un accès à la liberté et se destine une carrière de pilote d'essai, mais il en sera autrement. A 14 ans, Alice se révèle sur scène avec sa voix éraillé à faire rougir Kurt Cobain et fait le tour des endroits les plus mal famés de Paris et ses environs avec son groupe punk rock alternatif Bugs. Elle s'intéresse alors à la musique qui l'entoure, le rap principalement, mais aussi le rock adolescent qui dans sa soif de savoir passera aisément de Sonic Youth, à Glenn Branca puis à John Cage. Très vite elle récupère de quoi s’enregistrer à droite à gauche et produit ses premiers morceaux à base de samples qu’elle crée elle même. La découverte de l'electronica des années 2000 sur des labels comme Mego et Mille Plateaux vont la conforter dans son travail. A la majorité, Alice quitte sa banlieue et pars à Londres en étudiant par correspondance. Là elle se muni d'un QY 70 et compose ses premiers arrangements. Crane rasé, elle fait le tour des labels anglais muni d'un mini disc et un écouteur avec seulement une chanson. Bien accueillie, la plupart lui prodigue de nombreux conseils qu'elle mettra en pratique. Pas très aisée pour faire des rencontres et toujours excellent élève, Alice décide de rentrer à Paris pour poursuivre ses études en neurosciences et en psychologie cognitive et surtout pour intégrer alors le laboratoire de perception et cognition musicale de l’IRCAM. La jeune compositrice y fait la rencontre de la chorégraphe Julie Nioche avec qui elle entame alors une longue collaboration. Elle produit aussi ses propres installations sonores, la première Trip(e) est une pièce en quadriphonie diffusé dans le noir complet.

Naissance de Sir Alice

A peine de retour à Paris, la jeune fille est très vite repérée par le prestigieux label Tigersushi. Du haut de ses 20 ans elle est la première signature du label. Ainsi est né Sir Alice, personnage performatif qui se moque des carcans de la représentation. La preuve Sir Alice s'est voulu ni homme, ni femme.

Musique

Un premier Maxi, un mini album et un album. Une musique entre post-punk et électronique expérimental ultra pointu (qu'elle produit intégralement seule) aux influences diverses :
« [...] un maelström où rock indus, drum’n’bass, musique contemporaine, folk éthéré, abstractions laptop et electroclash font du catch »
— (Les Inrockuptibles, mars 2006).
« [...]Sir Alice emprunte aux rythmiques pilonnées de Nine Inch Nails et aux guitares désaccordées de Sonic Youth, en soulignant le tout d'une production absolument hallucinante (son parcours d'ingénieur sans doute ?) saupoudrée d'électronique. »
— (fluctuat.net, juin 2006).
« ...une personnalité qui force le respect. »
— (Le Monde).Très bien accueillie par la presse autant pour sa musique que pour ses shows, elle remplit les pages de Nylon, New York ou Blow Up en Italie. Assimilé au mouvement Riot Grrrl elle se retrouve sur la compil Girls Monsters des Chicks on Speed. Elle partage la scène avec des artistes comme Peaches, ou Cocorosie ou bien Fennesz ou Scanner.Sir Alice a écrit pour des ensemble contemporain, comme l'ensemble Integral à Hambourg.

Art

Célèbre pour ses performances extatiques Sir Alice multiplie les apparitions dans des lieux dédiés à l’art contemporain. En France, elle s’expose à la Fondation Cartier pour l'art contemporain dans le cadre de «J'en Rêve », elle est l’invitée de la Nuits Blanche 2006 à Paris où elle effectue une performance de 10 heures sans arrêt, à celle de Metz. Son travail s’étend alors à la vidéo, à la photo et à l’installation vidéos abordant la question de l'identité entre inné et acquis avec pour signature la mise en scène de son propre corps. Parmi les dates importantes, en 2007, elle réalise son premier film présenté en Norvège dans le Centre d'Art de Tromso. Son second film est produit par Anna Sanders Films et en 2008, elle présente sa première exposition personnelle au Consortium. En 2009, elle monte pour la première fois sur la scène du Centre Pompidou. Ses travaux sont montrés au musée d’art contemporain de Valences, dans des festivals dédiés à la performance, à Linz, ou Porto ou encore à la villa Kujoyama au Japon. En 2012 Agnes b. l’invite pour l’exposition musique/plastique faisant honneur aux artistes polyvalents.En 2010, elle intègre la Cité des Arts à Paris ou elle écrira son disque Isle of You avec la collaboration de prestigieux musiciens.Elle fonde avec l'artiste Colin Ledoux en 2011, le Pli Français.

Recherche

Elle intègre le laboratoire "Music Technology" à l'université McGill à Montréal, Canada, ou elle commence un thèse. Elle sera pendant 2 ans après ça chercheur invité à l'IRCAM dans le laboratoire d'application temps réel, s'intéressant à l'utilisation des outils de capture de mouvement dans le domaine du live et du spectacle vivant.

Collaborations

Elle collabore avec de nombreux artistes chorégraphes, vidéastes, musiciens. Sa voix particulière, au timbre grave et éraillée la conduit à intervenir sur différents projets de Nouvelle Vague à la musique improvisée.En 2010, elle crée avec Maxime Delpierre, le groupe Viva and the DivaEn 2011, elle coécrit le titre Western Spaghetti pour l'album Première Phalange de LuceSir Alice a collaboré entre autres avec le chorégraphe Julie Nioche, le chorégraphe Radhouane El Meddeb.

Dernière MAJ le 23/02/2014