Biographie de Robert Lamoureux

Né le 4 janvier 1920 dans une famille modeste des environs de Paris (Saint-Mandé), Robert Lamoureux vit de divers et menus travaux avant de se lancer sur les planches en 1949.

Robert Lamoureux fait le tour des cabarets parisiens où son humour et sa verve sont vivement appréciés. Dès ses débuts, il rencontre le succès avec des sketches comme « La Chasse au canard » ou des chansons comme « Papa, maman, la bonne et moi ». Ce titre lui vaut de remporter le Grand-Prix de l'Académie Charles-Cros en 1950. Le phénomène autour du numéro est tel que Papa, maman, la bonne et moi est porté à l'écran en 1954 avec son auteur dans le rôle principal.

Homme de music-hall et de radio, Robert Lamoureux se tourne vers le théâtre et le cinéma. Il incarne notamment par deux fois le personnage d'Arséne Lupin sous la direction de Jacques Becker (1956) et Yves Robert (1959). Dans les années soixante, il se tourne vers la comédie de boulevard. Il écrit une une quinzaine de pièces dont La Brune que voilà, La Soupière ou Si je peux me permettre.

En 1972, Robert Lamoureux se chamaille avec Claude François à propos de sa chanson « Viens à la maison ». Il gagne le procès pour plagiat qui impose à Clo-Clo de retitrer sa chanson « Viens à la maison, y'a le printemps qui chante ». De retour sur les plateaux de tournage, c'est derrière la caméra qu'il supervise la série de la « septième compagnie » avec les films Mais où est passée la septième compagnie ? (1973) et On a retrouvé la septième compagnie (1975) puis La Septième compagnie au clair de lune (1977).

Accueilli à la Comédie-Française, Robert Lamoureux voit son nom porté au fronton du Conservatoire de Saint-Mandé en 1986, avant de recevoir la Légion d'honneur en 2000. Il décède le 29 octobre 2011 à l'âge de 91 ans.

Dernière MAJ le 31/07/2015