Biographie de Márcio Faraco

Né à Alegrete en 1963, Márcio Faraco voyage beaucoup pendant l'enfance pour suivre un père militaire et guitariste amateur. Il apprend le solfège avec sa grand-mère qui est professeur de piano, et débute la guitare à dix ans. Adolescent, il remporte de nombreux prix lors de festivals.

À Brasilia, au début des années 1980, il monte un groupe de rock influencé par Yes, les Nexo Explicito. Connus dans la capitale, ils décident de partir conquérir Rio de Janeiro. Márcio Faraco s'y installe en 1988 et arrête donc des études de droit qu'il poursuivait selon la volonté de ses parents. Il compose pour gagner sa vie et commence à se rapprocher des musiques latines comme la salsa et la samba. L'année suivante, il rencontre Vanessa, une Française qui l'encourage à venir en France et qu'il épousera.

Márcio Faraco arrive dans le Sud de la France en 1991. Il court les maigres cachets pour subsister, puis monte à Paris en 1992. Il joue dans de nombreux groupes et se produit lors de premières parties de concert comme au Zénith. Il rencontre Chico Buarque et Didier Sustrac qui l'aident à enregistrer une maquette qu'Universal Music remarque. Márcio Faraco peut enfin sortir son premier album, Ciranda (2000), auquel ses deux mentors participent, ainsi que Doudou N'Diaye Rose. Dans la lignée de Chico Buarque, Edu Lobo ou Joao Bosco, il propose un répertoire de compositions dans un style bossa nova qu'il peaufinait depuis plusieurs années.

Pour son second album intitulé Interior (2002), Márcio Faraco crée des arrangements sobres et s'entoure du pianiste Kenny Barron, du percussionniste Mino Cinelu et de l'accordéoniste Daniel Mille. Beaucoup plus extraverti, Com tradiçao (2005) fait un tour d'horizon des musiques brésiliennes traditionnelles avec des  arrangements très étoffés rassemblant de nombreux musiciens cariocas.

Márcio Faraco retourne à une atmosphère plus introvertie avec Invento (2007). Il célèbre ensuite les cinquante ans de la bossa nova avec Um Rio (2008), ce genre né notamment avec le disque Chega de Saudade (1958) de João Gilberto sur des musiques d'Antonio Carlos Jobim et Vinicius de Moraes. Márcio Faraco y invite le pianiste Philippe Baden Powell, le saxophoniste Carlos Malta, le batteur Paulo Braga et le percussionniste Marco Lobo. Il adapte pour l'occasion « À quoi ça sert l'amour » d'Edith Piaf et chante en duo, sur « Cidade Miniatura » avec Milton Nascimento, le musicien qui l'a le plus influencé. Après l'album O Tempo paru en 2011, le plus francophile des musiciens brésiliens caresse sa guitare sur Cajueiro (2014), assorti de deux titres chantés en français, « Paris » et « Catalpa », interprété avec Siân Pottok.

Dernière MAJ le 05/09/2015