Marc Ogeret

Interprète des poètes, Marc Ogeret est né à Paris le 25 février 1932 et décédé à l'hôpital de Semur-en-Auxois (Côte d'Or), le 4 juin 2018. Influencé par la chanson réaliste, il fait ses premiers pas dans les cabarets de la rive gauche, Chez Agnès Capri et à La Colombe, à la fin des années 1950. En 1958, il effectue ses premiers enregistrements pour le label G.E.M. : une série d'EP consacrés aux répertoires d'Aristide Bruant, Guy Béart et Léo Ferré. Il reçoit successivement le Grand-Prix de l'Académie Charles-Cros (1962) et le Prix de l'Académie de la Chanson (1963) et se produit en première partie de Georges Brassens. En 1966, il enregistre un disque des poèmes de Louis Aragon qui lui apporte une plus large notoriété. Il restera fidèle au poète qui ne sortira pas de son répertoire. Les événements de l'année 1968 l'amènent à chanter des thèmes engagés dans les albums Autour de la Commune 1846-1888 et Chansons « Contre », alors d'actualité. Il change ensuite de registre et aborde les chants de marins (La Mer, 1970), avant de monter un spectacle musical d'après la pièce Le Condamné à mort de Jean Genet (1971), auquel participe Hélène Martin. Entre ses albums personnels des années suivantes et des tournées dans les pays francophones, il revient à ses auteurs les plus chers (Bruant, Aragon) et aux chants révolutionnaires. Fait Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres en 1983, il enregistre à nouveau Le Condamné à Mort (1984), puis Berger de Paroles (1986) et Nous Ferons Se Lever le Jour (1987). En 1990 sort un recueil de chansons de Jean Vasca. Sa production s'espace jusqu'à l'album De Grogne et de Velours (1999), dans lequel il reprend Léo Ferré. Sa chanson « La Liberté des nègres » est inscrite au programme du baccalauréat. Décédé à l'âge de 86 ans, Marc Ogeret restera comme l'un des plus fervents interprètes de la chanson française réaliste et engagée, malgré un succès relatif. Lire la suite

Dernière MAJ le 19/06/2018