Biographie de Zoo

Né de la rencontre en 1968 du chanteur Joël Daydé et de musiciens de studio, le groupe Zoo s'inscrit dans la mouvance post-psychédélique et progressive que le rock connaît à l'époque. La formation initiale comprend Pierre Fanen et Michel Bonnecarrère (guitares), Michel Hervé (basse), Daniel Carlet (saxophone ténor, violon), Tony Canal (trompette), Michel Ripoche (violon, saxophone ténor, trombone) et les batteurs André Hervé et Christian Devaux.

Les premières séances réalisées pour le compte du label Barclay aboutissent à un premier album enthousiaste où la voix puissante du chanteur, teintée de soul, croise des compositions ambitieuses exploitées sur scène par des improvisations. En novembre 1969, Zoo seproduit au festival d'Amougies aux côtés des têtes d'affiche Pink Floyd, Frank Zappa, The Nice, Colosseum et East of Eden. L'embellie ne dure que quelques mois et dès l'année suivante, le groupe fait face aux départs de Joël Daydé et de Pierre Fanen en recrutant le chanteur anglais Ian Bellamy par une petite annonce publiée dans Melody Maker. Un deuxième album, I Shall Be Free, est enregistré en septembre 1970. L'atmosphère, moins débridée, est propice à de longues interventions des solistes.

La même année, Léo Ferré s'accompagne des musiciens de Zoo pour deux chansons de son album Amour Anarchie, « Le Chien » et « The Nana ». C'est ensuite Eddy Mitchell qui fait appel au groupe pour le simple « Dodo, boulot, métro ». La fin de l'année se conclut par une tournée des clubs anglais dont un concert avec Charles Mingus. En 1971, Zoo participe à un festival français et se produit à l'Olympia de Paris avec Caravan et Seatrain. Après la compositiion du thème du film Les Jambes en l'air, le simple le plus populaire du groupe, « Hard Times, Good Times », paraît en mai. Une nouvelle collaboration avec Léo Ferré suit sur l'album La Solitude et une tournée.

En 1972, le troisième album Hard Times, Good Times recueille l'approbation de la critique et s'exporte en Angleterre et aux États-Unis, où le groupe jouit d'une bonne réputation. Cependant, des problèmes internes conduisent à la séparation à l'automne, après un dernier simple, « Life Is Living ». En 1975, l'aventure se poursuit pour plusieurs membres qui enregistrent l'album Z.O.U. (Zön Orchestra Unlimited), puis chacun repart à ses activités, en studio ou avec le groupe Magma. Depuis son départ, Joël Daydé a construit une carrière solo avec succès, symbolisée par le titre « Mamy Blue ». À la surprise générale, il participe à la résurrection de Zoo Tribute Original qui a lieu en 2010 et conduit à l'album Live Tour Épisode 1.

Dernière MAJ le 07/10/2015