Biographie de HushPuppies

Mods

Olivier Jourdan (chant), Cyrille Sudraud (guitare), Franck Pompidor (batterie) et Wilfried Jourdan, frère d’Olivier, (claviers) se rencontrent au lycée à Perpignan. En ces années 1990, ils vouent un même culte pour le rock des sixties, en particulier The Kinks, The Who et The Small Faces, et sont véritablement adeptes de la culture mod, dont ils appliquent les codes (costumes, coupes de cheveux rétro…). C’est dans cet esprit qu’ils forment un premier groupe de rock, The Likyds. Une première vie qui dure sept ans.

Diamond et le rock

A l’aube des années 2000, Olivier Jourdan et Cyrille Sudraud migrent à Paris pour d’autres raisons professionnelles, mais l’envie de revenir à la musique pousse les copains de lycée à se retrouver en 2002. Ils sont rejoints par leur ami bassiste, le Bordelais Guillaume Le Guen, et forment Hushpuppies.
Début 2003, ils envoient une démo autoproduite de cinq titres à Benjamin Diamond. Celui-ci, grâce au succès de « Music Sounds Better With You » au sein du groupe électro Stardust, vient de monter le label Diamondtraxx, qu’il souhaite éclectique. En septembre, sort un album de douze titres enregistrés lors d’un concert à Paris, Live @ House of Live. Il lance la réputation et la carrière du groupe, qui entre-temps, a ouvert son horizon musical à d’autres influences, glanant l’énergie de The Hives et un peu d’électro et de psychédélisme chez des groupes comme Electrelane ou Death In Vegas.

« Yeah »

En 2004, The Garden, Ep de quatre titres, sort aussi chez Diamondtraxx, suivi en 2005 d’un premier album The Trap. Ils sortent de l’ombre grâce au titre « You’re Gonna Say Yeah », d’autant que cette chanson et Bassautobahn, sont utilisées pour des spots publicitaires.
Avec 20.000 exemplaires vendus, les Perpignanais de la capitale se placent en tête des groupes indépendants francophones et acquièrent une légitimité qui leur permet de s’exporter en Europe (exceptée en Angleterre : les Hushpuppies, chantant en anglais, y ont naturellement plus de concurrence) et même au Japon. En tournée, des petites salles aux grands festivals européens, l’énergie du groupe sur scène fait l’unanimité.

Après le piège, le silence

Peter Deimel (dEUS, The Kills… et déjà mixeur sur The Trap) produit leur second album Silence Is Golden, sorti en novembre 2007. Il est porté par « Bad Taste And Gold On The Doors », single mêlant garage rock et punk des Sex Pistols, dans lequel ces rockers, pourtant bien habillés, écorniflent l’icône Kate Moss et le glam chic des victimes de la mode.
Si ces cinq garçons dans le vent semblent retourner leur veste, c’est pour mieux éviter le piège éphémère de la célébrité et prôner un retour à l’authenticité de ce qu’ils savent faire de mieux : le live.

Dernière MAJ le 07/10/2015