Biographie de Les Thugs

L ‘aventure commence à Angers en 1983. Après leurs premiers balbutiements au sein du groupe IVG, les deux frères Sourice, Eric et Christophe, rassemblent autour d’eux Thierry Méanard et Gérald Chabaud. Ils choisissent pour signe de ralliement le nom d’une tribu religieuse indienne, adepte du meurtre rituel : les Thugs.

Frenetic Dancing, la naissance du « son » Thugs

Alors que le groupe vient d’enregistrer sa première démo ils rencontrent les membres du label Gougnaf Mouvement. Le courant passe parfaitement entre le groupe et le label indépendant qui leur propose de produire leur premier EP. Le premier véritable single sort en février 1985 et s’intitule Frenetic Dancing, il comprend les titres « Night Dance » et « Femme Fatale ». Le public découvre un son primitif et des morceaux rageurs qui ne ressemblent à rien d’existant alors dans l’hexagone. (nb : une première version du single, limitée à 100 exemplaires, et composée de 4 titres était sorti en en 1984, elle comprenait en complément les morceaux « You Say Why » et « Mad Train »).En 1985 on retrouve les Thugs sur la compilation « Les Héros du Peuple sont Immortels » du label Gougnaf, mais aussi, à l’étranger, sur la compilation Raw Cuts – Vol 1 Garage French (avec Les Coronados, The Scurs et Les Flamingos) sortie au Royaume uni par le label Criminal Damage, ou Battle Of The Garage Vol 4 Tomorrow the World aux Etats-Unis.Ils signent ensuite sur le label Havrais Closer. Le premier LP du groupe Radical Hystery sort en février 1986. Enregistré en 10 jours dans la banlieue rouennaise sur un studio 16 pistes, le disque fait l’effet d’un brûlot. Les morceaux allient des guitares incandescentes, le martèlement des caisses claires et une rythmique impeccable. Ce disque sera le mètre-étalon de toute la production des Thugs à venir et va permettre désormais d’identifier immédiatement le son Thugs. Le disque sortira également en Grèce sur le label Dikeoma Diovasis.

Une vocation internationale

En octobre 1986 Eric et Christophe Sourice se rendent à Londres chez Vinyl Solution, label avec lequel ils ont décidé de signer la production de leurs prochains disques. (Vinyl Solution est un label mais aussi un magasin de disque qui avait écoulé plusieurs centaines d’exemplaires du premier 45t du groupe). Le second disque du groupe Electric Troubles est enregistré en juillet 1987 au Redwood studios de Londres en 4 jours par Alan Scott. Il voit le jour conjointement sur Closer en France et Vinyl Solution au Royaume-Uni.Avec ce disque et le maxi Dirty White Race qui va suivre, les Thugs vont affirmer leur son et leur marque de fabrique si reconnaissable, quelque part entre hard-core, punk rock mélodique, et pop bruitiste. La même année John Peel les convie à jouer 5 titres lors de l’une de ses fameuses Peel Sessions sur la BBC.En décembre ils apparaissent sur la compilation Eyes On You éditée par le label Havrais Closer sur laquelle on retrouve également Kid Pharaon & the Lonely Ones ou Fixed Up (nb : le morceau des Thugs choisi pour la compilation est « Dirty White Race » et non « Dirty White Face » tel que mentionné par erreur sur le disque).
L’année qui va suivre sera plus difficile, mais marquera pourtant une nouvelle étape dans la carrière du groupe. En juin 1988, après l’enregistrement du maxi Dirty White Race, Gérald, le bassiste de toujours a souhaité quitter le groupe. Ils font alors appel au troisième frère Sourice Pierre-Yves, qui le remplace. Afin de marquer plus encore cette seconde période de leur carrière les morceaux seront désormais tous signés Les Thugs II. 

L’aventure américaine

Le 11 octobre 1988, alors qu’ils sont à Berlin à l’occasion du Berlin Indépendance Day, ils font la connaissance de Jonathan Poneman, responsable du label Sub Pop de Seattle (sur lequel sont signés les fleurons du Grunge Nirvana et Mudhoney). Le groupe donne là l’un des concerts dont il a le secret, se livrant sans compter, et délivrant un set d’une intensité rare. La presse outre-atlantique va alors s’enthousiasmer pour ce qu’ils appellent malicieusement le Woody Core (en référence à la ressemblance existant entre Eric Sourice, chanteur du groupe, et Woody Allen). Fin 1988 on retrouve le groupe perpétuellement sur la route. Ils sillonnent l’Europe et préparent une tournée américaine pour l’année suivante. L’album Electric Trouble, complété des morceaux du maxi Dirty White Race sort en Allemagne, en Espagne, mais aussi sur Sub Pop aux Etats-Unis. En 1989 les Thugs entament une tournée de deux mois aux USA. Celle-ci débute le 10 juin à Seattle en compagnie de PIL. Vont suivre une trentaine de dates passant par New York, Chicago, San Francisco … Puis, à l’automne, sort leur premier véritable album (après deux mini LP) Still Hungry, Still Angry. Enregistré préalablement à la tournée américaine, entre Londres et Chicago, avec Ian Burgess à la production, l’album est fidèle à son titre et reprend les recettes éprouvées avec les précédentes productions : compositions rageuses et murs de guitares. L’album est sorti à nouveau chez Vinyl Solution, mais sort en licence chez Bondage, le label de référence du rock indépendant français. La notoriété du groupe monte en flèche. Une série de concerts en compagnie des têtes de file du rock indépendant français de l’époque Manu Chao, Parrabellum ou Bérurier Noir finissent de conquérir un public toujours plus nombreux.
Les 10 titres composant l’album suivant I.A.B.F. seront composé entre deux tournées américaines. Celui-ci sort en avril 1991 sur Vinyl Solution, mais également en licence en Italie, en Suisse, au Japon, en Espagne, en Suède, en Allemagne. Aux Etats-Unis ce sera Alternative Tentacles, le label de Jello Biafra (Leader des Dead Kennedys) et non Sub Pop, qui connaît quelques déboires financiers, qui accueillera le groupe. Printemps 1991 suivra une nouvelle tournée européenne, et une nouvelle tournée américaine de 33 dates à l’automne.

Fidélité et intégrité

S’ils ont alors acquis une reconnaissance indéniable, les membres des Thugs ont toujours montré une fidélité sans faille, fidélité à leur ville et leurs amis d’Angers qu’ils ont remercié sur chacune de leurs productions, aux labels qui les ont soutenu (Sub Pop, Gougnaf, Closer …). Il faut également rappeler la création de Black et Noir, d’abord émission de radio, puis magasin de disque et label d’Eric Sourice jusqu’en 1995.C’est donc naturellement qu’en 1993 les Thugs, toujours en signature chez Vinyl Solution, reviennent chez Sub Pop pour la parution de l’album qui sera le plus grand succès commercial du groupe As Happy As Possible. Enregistré à Seattle, cet album se vendra à 40 000 dans le monde. Mais à aucun moment ils ne souhaiteront surfer sur ce succès. Ils se disent alors surtout désabusés et pessimistes. Leur seul souhait est de vivre en groupe une aventure propre et authentique. C’est dans le même état d’esprit qu’est enregistré en juin 1995 le nouvel opus du groupe. L’album est produit par Steve Albini, il s’agit alors pour les Thugs à la fois d’enfoncer le clou, mais aussi d’éviter la redite musicale. L’album est sans doute plus pop que les précédents et comprend des instrumentaux particulièrement réussis. La coïncidence voudra que celui-ci, intitulé Strike (Strike signifie grève en anglais), sorte le 17 janvier 1996, soit un mois après les conflits sociaux de décembre 1995.Les deux derniers disques du groupe Nineteen Something et Tout Doit Disparaître, autoproduits et sortis en licence sur Labels ne rencontreront pas le public. Le dernier concert du groupe aura lieu à La Roche sur Yon fin 1999 et scellera une histoire de plus de 15 ans de bruit et d'émotion. Depuis lors un best of de 32 titres est sorti sur Crash Disques en 2004, et le label angevin Edith Sample a édité une compilation hommage aux Thugs comprenant des groupes d’Angers, dont La Ruda Salska ou Sexypop. Le groupe est remonté sur scène en France et à l’étranger au cours de l’été 2008 pour le No-Reform Tour, à l’occasion des 20 ans du label Sub Pop.

Dernière MAJ le 31/07/2015