Marc Seberg

Marc Seberg, déjà pénétré du charisme et de l'esthétisme sombre et fiévreux de Philippe Pascal (ex-chanteur de Marquis de Sade), trouvera en la personne de John Leckie (producteur des deux premiers albums de Simple Minds) celui qui saura le mieux rendre sur vinyle – Lumières et trahison, en 1987 – les visions de fin du monde du chanteur, portées par une musique proche de celle de Joy Division. Mais, malgré cette recherche intelligente et trilingue (textes indifféremment en français, anglais ou allemand) dans l'expression d'un monde troublé et marqué par une ambiance « fin de siècle », le groupe ne trouvera pas vraiment ses marques, peut-être boudé à cause de son approche trop intellectuelle.

© Lire la suite

Dernière MAJ le 31/07/2015