Biographie de Paris Combo

Formé en 1995, Paris Combo est un quintette français réunissant des musiciens venus d'horizons divers. Le coeur de cette formation est la chanteuse Bénédicte Grimault, plus connue sous son nom de scène, Belle du Berry. Après divers engagements dans le milieu musical, la jeune comédienne et chanteuse participe à de nombreuses expériences en groupe. Elle démarre avec les PPI (Pervers Polymorphes Inorganisés) puis, vers 1988-1989, fonde avec quelques musiciens Les Endimanchés : accordéon et reprises des années trente sont au programme.

Par la suite, Belle du Berry fait partie des Champêtres de Joie, qui est en fait issu des Endimanchés. Même répertoire, même profil, elle y interprète des chansons des années 1920-1930, reprenant Fréhel ou Arletty. Le batteur François Jeannin, fils de chef d'orchestre et aussi surnommé François-François, joue déjà avec les Champêtres de Joie, tout comme Potzi, guitariste de jazz originaire de Manosque, dont le style manouche rappelle celui de Django Reinhardt.

En 1994, Belle du Berry et François-François se produisent au Cabaret Sauvage. C'est à cette occasion qu'ils rencontrent David Lewis, un trompettiste et pianiste australien, compagnon de route de Manu Dibango puis d'Arthur H. Les quatre musiciens sont rejoints un an plus tard par le contrebassiste malgache Mano Razzajanato. Paris Combo tient son nom de ces petites formations de jazz des années trente, appelées combo par abréviation de l'anglais combination. Paris, lieu des rencontres et du métissage musical, est le ciment de cette formation.

Forts individuellement d'une importante expérience scénique, c'est sur scène que ces cinq musiciens vont faire leurs preuves. Le style musical de Paris Combo est celui du Paris de l'entre-deux guerres - ce qui n'est guère surprenant puisque c'est Belle du Berry qui écrit les paroles et compose la plupart des musiques - assemblé à bon nombre d'influences traditionnelles (jazz manouche, swing, rythmes latins). « Nous venons d'horizons très divers, ayant tous des expériences musicales différentes et des envies propres. Par le jazz, nous avons un langage musical commun. Le jazz nous rassemble. Mélangé à la soul de l'un et au cabaret de l'autre, cela donne le son de Paris Combo, qui n'est pas le son du rétro » (François-François).

Le premier album, homonyme, sort le 20 mai 1997. Dès lors, on retrouve Paris Combo au Popkomm en Allemagne puis pour une longue tournée française, qui fait notamment escale au New Morning à Paris. Sélectionné pour le tremplin Talents 98, le groupe est invité aux festivals du Printemps de Bourges et de La Fayette, en Louisiane. Cette même année 1998, l'ensemble prend une licence américaine via le label Tinder Records, privilège réservé à très peu de musiciens français et donnant lieu à des promotions et des concerts sur le sol américain. Mais ce succès ne se limite pas aux Etats-Unis et s'étend à l'Allemagne et à l'Australie. En 1999 sort Living Room, album de douze titres dans la lignée du précédent, véritable succès en France, en Australie et aux Etats-Unis, à un point tel que Paris Combo se voit désormais classé dans la world music de ces deux pays étrangers.

Toujours aussi inclassable dans un genre musical précis, Attraction (novembre 2001) marque les débuts d'une musique plus variée mais toujours aussi swing. Valeur essentielle de l'export musical français, Paris Combo tourne en Australie, en Asie, aux Etats-Unis, au Brésil et se permet également d'enregistrer l'album Motifs (2004) avec Oz Fritz, un ingénieur du son américain réputé pour avoir travaillé avec Tom Waits. Cette coréalisation permet à Paris Combo d'approfondir son style tout en le conservant. Comme le producteur ne parlait pas français, son approche plus instinctive apporte un côté plus décalé à cet album. Après une longue tournée durant l'année 2005, les musiciens entamment une période sabbatique de plusieurs années.

Toutefois, en dehors de Paris Combo, les cinq musiciens collaborent avec d'autres artistes pour divers projets. Ainsi, Belle du Berry et David Lewis s'associent au chorégraphe Philippe Découflé pour un spectacle atypique réunissant musiciens, comédiens, danseurs et vidéastes dans une symphonie visuelle. En 1992, le chorégraphe avait déjà collaboré avec Belle du Berry sur les ballets créés pour l'ouverture des Jeux Olympiques d'hiver à Albertville. En janvier 2005, elle signe une chanson sur l'album du Congolais Lokua Kanza. David Lewis, pour sa part, doit accompagner le jazzman John Greaves au Théâtre de l'Oeuvre à Paris et aider à la réalisation d'albums de deux jeunes groupes lyonnais et parisien : Cabane et Drôle de Sire.

Finalement, c'est en février 2014 que revient Paris Combo avec l'album 5, enregistré à Paris avec Dominique Blanc-Francard et Bénédicte Schmitt.

Dernière MAJ le 31/07/2015