Publié le 04/03/2014

Les années et les cheveux blancs n'ont pas assagi le bouillant ex-champion de tennis. Les premières notes de musique et les premiers mots de la dernière chanson de Yannick Noah ont été révélés en exclusivité aux téléspectateurs de BFMTV ce matin. Ma colère - c'est son titre - est un titre résolument engagé. Les quelques secondes du refrain sont sans ambiguïté, la cible en est le Front national de Marine Le Pen: «Ma colère n'est pas un front, elle n'est pas nationale». La présence sur l'image de Grand Corps Malade suggère que le slameur a participé à l'élaboration de cette charge contre le parti frontiste.

L'ex-roi du smash a rassemblé sur la vidéo de Ma colère les grandes gueules patentées du landerneau médiatique. On retrouve notamment Cali et un autre ex-grand sportif, Éric Cantona. L'album complet ne doit sortir qu'au début juin. Le fait d'être à seulement trois semaines du premier des municipales a dû pousser les responsables marketing à accélérer la mise sur le Net de cette chanson-pamphlet, alors que la campagne électorale bat son plein.

Une des rares personnalités riches et célèbres à défendre la taxe à 75%

Yannick Noah n'a jamais caché son penchant pour les idées socialistes. En 2012, il avait déclaré publiquement son soutien au candidat du PS, futur président de la République, François Hollande. Son attachement à l'idéologie de gauche est telle qu'il a été une des rares personnalités «riches et célèbres» à défendre la taxe à 75% du début de mandat.

Les moins de vingt ans ne le savent pas mais Yannick Noah fut un grand joueur de tennis. Il est même le dernier Français à avoir gagné Roland-Garros. C'était il y a plus de trente ans, en 1983. Sur la terre battue parisienne, Noah plongeait, souffrait, se battait comme un beau diable. Le public français n'avait d'yeux que pour lui. Smash dévastateur, service canon, Yannick Noah était un champion qui s'engageait... comme le chanteur.

(c) Source : Le Figaro