Publié le 21/04/2015

Près de cinq mois après la sortie de leur album en duo, Alain Souchon et Laurent Voulzy ont enfin sauté le pas. Après plus d'un mois et demi de répétitions, ils ont entamé lundi soir leur première tournée commune, avec un concert à l'Agora d'Évry. Au programme de ces 2h30: les tubes innombrables de l'un et de l'autre, les incessants changements de guitares de Laurent Voulzy, 66 ans, et les sautillements du fringant Alain Souchon, 70 ans.

La soirée démarre par une célébration de leurs 40 ans de complicité en vidéo. Puis tous deux paraissent, en costumes sombres et cravate, pour reprendre ce J'ai dix ans espiègle qui fut leur première chanson écrite en commun en 1974. Bien d'autres tubes signés du duo sont évidemment de la partie (Allô maman bobo, Bidon, La Ballade de Jim, Rockollection, Le soleil donne, Le Pouvoir des fleurs, entre autres) pour le plus grand plaisir d'un public composé en grande partie de quinquagénaires.

Les cinq musiciens qui les accompagnent disparaissent pour une parenthèse acoustique où les deux amis, comme chez eux, revisitent quelques classiques en version dépouillée, comme Le Rêve du pêcheur, Bidon ou Fille d'avril. Souchon et Voulzy n'interprètent que cinq morceaux de leur album en duo, parmi lesquels Derrière les mots, Oiseau malin et Baie des fourmis, soutenu par une harpe.

Pour la grande majorité des trente chansons au programme, les deux sont ensemble sur scène, mais ils s'offrent aussi quelques moments en solo: Voulzy, qui troquera rapidement son costume pour un jean, reprend Caché derrière quand Souchon, qui tombera la veste de son côté, chante Et si en plus, y'a personne, titre qui dénonce les violences commises au nom des religions.

Aux rappels de cette première, l'incontournable Foule sentimentale met la salle en ébullition. La tournée se poursuit dès mercredi soir à Niort. Une soixantaine de dates ont pour l'instant été annoncées jusqu'en décembre avec des passages à Paris en mai (Palais des Sports) et en décembre (Zénith) et des crochets par la Belgique et la Suisse.

(c) Source : Le Figaro