Publié le 20/05/2016

«J'aurais pas cru il y a trente ans, qu'au lieu de leur balancer des pavés à tour de bras, j'en serrerais un contre moi.» Dans son dernier morceau J'ai embrassé un flic, dont le clip a été mis en ligne ce vendredi 20 mai, Renaud chante les louanges des forces de l'ordre.

Un message de paix qui résonne fort deux jours après les manifestations des policiers contre la haine «anti-flics.» Dans cette logique, le chanteur a accordé cette semaine une interview à la préfecture de police dans laquelle il souhaite transmettre «un message d'amitié» aux hommes en bleu.

«C'est un beau message de ‘provoc' à l'attention des casseurs, des bouffeurs de flics qui m'imaginent peut-être comme un des leurs», explique Renaud, loin de son image de rockeur révolté, appelant à la Baston! À 64 ans, le chanteur a bien changé.

«J'irais bien manifester avec vous»

Aujourd'hui il voit les forces de l'ordre comme «des protecteurs de l'État de Droit, des protecteurs des citoyens lambda, des gens qui se chargent de notre sécurité et de lutter contre toute forme de criminalité.» Au risque de déplaire aux «casseurs de flics» .

Fini donc, les couplets décapants à l'égard de la police nationale. Les attentats du 11 janvier y sont pour beaucoup. C'est d'ailleurs après l'union nationale qui a suivi l'attaque des frères Kouachi, que Renaud a écrit J'ai embrassé un flic. Son inspiration? «L'air bonhomme et sympathique, voire attristé, qu'arboraient les centaines de policiers qui nous escortaient lors de la grande ‘manif' du 11 janvier suite aux attentats», explique le rockeur.

Renaud se sentirait même prêt à joindre les paroles aux actes. À un détail près. «Si je ne craignais pas de me faire allumer par tous les médias, j'irais bien manifester avec vous ces jours-ci...»

(c) Source : Le Figaro