Publié le 30/11/2015

La sortie de son nouvel album ne changera pas la donne. Patrick Bruel continuera de rechigner à participer au concours de l'Eurovision. Au micro de Karine Ferri sur RFM dimanche 29 novembre, le chanteur a été très clair sur ce point. Même si on lui demande avec conviction, Patrick Bruel n'acceptera pas de représenter un jour la France à l'Eurovision.

S'il a décidé de ne jamais défendre les couleurs de la France, c'est d'abord parce qu'il pense que c'est impossible pour le pays de se hisser aux premières places du classement. «C'est trop compliqué. La France ne peut pas gagner l'Eurovision vu le système, l'organisation. C'est impossible. Y'a un truc. Déjà, être classé dans les cinq premiers est un miracle», a-t-il commenté pour expliquer son refus.

Est-ce vraiment à cause du système ou du manque de talent? Il est vrai que la France n'a pas brillé ces dernières années à l'Eurovision. Depuis la première édition, en 1956, le pays n'a gagné que cinq fois la compétition. Et la dernière remonte à 1977, avec Marie Myriam et sa chanson L'Oiseau et l'Enfant. Les prestations de Patrick Fiori ou Patricia Kaas, pas plus que les propositions décalées tentées avec les Fatals Picards ou Sébastien Tellier, ne sont parvenues à changer la donne depuis.

En 2002, il avait co-écrit le titre interprété par Sandrine François

Patrick Bruel ne serait pourtant pas contre composer le titre du candidat qui représenterait la France. «Je veux bien écrire la chanson comme je l'ai fait pour Sandrine François», a-t-il indiqué. En 2002, il avait co-écrit avec Marie-Florence Gros Il faut du temps, interprété par la chanteuse française en lice. Sandrine François avait alors terminé à la 5e place. Pas très loin du podium cette fois-là. La France n'a pas fait mieux à l'Eurovision depuis cette date. Comme quoi, Patrick Bruel peut faire bouger les lignes à l'Eurovision.

En attendant de se décider à remettre la main à la pâte, le chanteur se concentre sur sa carrière solo. Il a publié vendredi 27 novembre son neuvième album solo, Très souvent je pense à vous. Un album en forme d'hommage à la chanteuse Barbara, dont il reprend les titres, de L'Aigle noir à Göttingen.

(c) Source : Le Figaro