Publié le 28/03/2014

Patrick Bruel était hier sur la scène du Zénith de Paris pour la reprise de sa tournée hexagonale. On y était et on vous raconte !

Démarrée l'an dernier, la tournée de Patrick Bruel reprend de plus belle en 2014 avec une nouvelle série de concerts à travers la France ! En guise de tour de chauffe de ce grand marathon qui le verra finir le 23 juillet prochain à Viennes, le chanteur se présente ce soir au Zénith de Paris pour le premier concert des quatre programmés dans la salle parisienne.

Des retrouvailles à la fête, qui n'ont pas manqué de complicité entre Patriiiiiiiick et son public, majoritairement féminin.

Pour s'assurer l'adhésion rapide de public (mais avait-il à le faire ?) Patrick Bruel a eu la bonne idée de démarrer sur le cultissime « Place des grands hommes ». La piste 1 du karaoké grandeur nature lancée, il enchaîne ensuite avec des titres puisés dans son répertoire de sept albums. Sur « J’te l’dis quand même », « Pour la vie », « Où es-tu », « Alors regarde », le chanteur laissera souvent au public le soin de finir les chansons, voire chanter à sa place, les paroles étant maintenant ancrées dans les mémoires collectives.

Décidé à surprendre son public, Patrick Bruel s'essayera également au jeu de la reprise (« Chacun fait (c'qui lui plaît) ») au cours d'un medley présenté sous forme de "Ce que vous n'entendrez pas ce soir". Nous avons donc entendu rapidement des titres comme « Marre de cette nana-là » ou « La fille de l'aéroport » et des titres plus confidentiels, à l'image de « Panne de mélancolie ».

La fête populaire atteindra son paroxysme sur « Mon amant de Saint-Jean », « Au café des délices » et « Qui a le droit » avant qu'un double rappel ne vienne clôturer ce concert. Une fin de soirée avec "J’te mentirais" et bien sur « Cassez la voix », revisité pour cette tournée à la sauce Colplay et U2. Une version rock, tendance hymne de stade, ponctuée par les « Ooooh oooooh ooooh » d'un public conquis.

Peu d'artistes français peuvent se vanter de remplir les salles sur leur seul nom. Après ces 2h30 de live, on comprend mieux pourquoi : quand la nouvelle génération aura aligné autant de titres populaires et intemporels que Patrick Bruel, alors, ce jour-la, il ne sera plus au goût du jour. Et ce jour n'est pas encore arrivé alors, si on se donnait plutôt rendez-vous dans 10 ans ?

Pour retrouver les dates de la tournée de Partrick Bruel, en partenariat avec RFM, rendez-vous ici !

Par Estelle Renard

(c) Source : RFM