Publié le 21/06/2015

Ils sont venus des quatre coins du monde pour apercevoir leur idole. Plusieurs milliers de personnes étaient présentes ce samedi après-midi à Montluçon pour Michel Polnareff, venu inaugurer une exposition qui lui est dédiée jusqu'à fin décembre au Musée des musiques populaires. Il n'est pas apparu publiquement en France depuis 2007, date de sa dernière tournée baptisée Ze (re)tour.

Au premier rang, un groupe de Japonais se démarque des fans aux perruques blondes peroxydées et lunettes blanches. Ces fans nippons ont parcouru des dizaines de milliers de kilomètres rien que pour l'événement. Munis de leurs ombrelles, ils attendent l'artiste sur la place de l'hôtel de Ville.

C'est en jet privé que Michel Polnareff, un brin stressé par l'événement, s'est rendu à Montluçon. Après avoir atterri à Bourges vers 15h, l'artiste se montre, tout de blanc vêtu, une heure plus tard dans la ville d'Auvergne sous un grand soleil. Au moment de son arrivée, les journalistes et photographes se battent pour obtenir la photo et les déclarations du chanteur aux rares apparitions dans les médias.

«Le paradis est à Montluçon aujourd'hui», déclare le maire de la ville, Daniel Dugléry, pour accueillir le chanteur, accompagné de son fils Louka, face à la foule rassemblée sur la place de l'hôtel de ville. Il n'a pas préparé de discours mais qu'importe, le maire, ravi, lui décerne la médaille de la ville. Sa compagne Danyellah les rejoindra quelques minutes plus tard sur scène pour une séance photos improvisée. Michel Polnareff fera même bredouiller quelques mots à son petit garçon de 4 ans portant un costume-cravate et les fameuses lunettes blanches (à sa taille) pour l'occasion.

Avant de quitter ses fans pour rejoindre le MuPop où se tient l'exposition, Michel Polnareff leur fait entonner On ira tous au paradis. Avant de lancer: «On se revoit vite» à ceux qu'il appelle ses «Moussaillons».

(c) Source : Le Figaro