Publié le 08/04/2016

Actuellement en pleine répétition à Los Angeles pour sa tournée qui démarre à Epernay le 30 avril prochain, Michel Polnareff savoure les retombées de son ouvrage, Spèrme, récemment publié chez Plon. «Je viens d'apprendre par le directeur des ventes des éditions que mon livre vient de franchir les 30.000 exemplaires vendus en dix jours. Ce qui réjouit toute mon équipe». Entre deux ajustements des orchestrations de ses chansons et un tournage au côté de Nikos Aliagas pour 50 mn Inside, le chanteur s'est amusé à répondre à nos questions.

LE FIGARO. - Votre première idole?

Michel POLNAREFF. - Elvis Presley. Dès mes 12 ans, il me fascinait. À l'époque, je n'avais pas le droit d'avoir de tourne-disque. J'écoutais donc les disques chez Radio Trocadéro, avenue Paul Doumer. Là-bas, j'ai réussi à acheter un disque d'Elvis, Don't be cruel. C'était une grande passion.

Votre premier succès?

La poupée qui fait non. Un succès du jour au lendemain. Il passait dix fois par jour à la radio. Tout le monde connaissait la chanson mais pas son interprète. J'étais le mec qui chantait La poupée qui fait non!

Votre premier gros cachet?

C'étaient les royalties de La poupée qui fait non. J'étais très content car ça me donnait la liberté d'être entouré d'amis...

Votre premier concert?

En première partie de Claude François pendant le mois de juillet 1966, à travers toute la France. Ni un bon ou mauvais souvenir. J'étais accompagné par une partie de l'orchestre de Claude. La seule différence c'est que je n'avais pas ses éclairages.

Votre première télé?

C'était dans l'émission Vient de paraître, le 7 mai 1966. Il y avait Michel Simon sur le plateau. Ce jour-là, le présentateur de l'émission m'a appelé Georges Polnareff! Je ne pouvais pas intervenir pour le corriger car je n'avais pas de micro.

Votre premier amour?

Je ne m'en rappelle pas et il y a sûrement une bonne raison à cela!

Votre premier pêché?

Aucun pêché, je suis un homme parfait.

Votre première fois à deux?

C'était avec une prostituée algérienne. Assez tard, j'avais seulement 20 ans. Ça n'a pas été formidable mais elle était gentille. Elle avait toutes les dents en or.

Votre première fois à trois?

Je me rappelle de beaucoup de fois à trois mais pas de la première. Tout ce que je peux vous dire, c'est que c'était toujours avec deux femmes.

Votre premier chagrin d'amour?

J'ai une mémoire sélective. J'essaye d'effacer les mauvais souvenirs comme celui-ci.

Votre première infidélité?

La notion d'infidélité dans les rapports que j'ai eu avec les femmes avant Danyellah n'existait pas. Rien n'était sérieux. Je travaillais au volume.

Votre première bagarre?

Il a dû me mettre KO. Je ne peux pas le nommer.

Votre première cuite?

Ça, pour le coup, je ne m'en rappelle pas du tout. J'avais 25 ans.

Votre premier pétard?

Je m'en souviens très bien. Le problème c'est que ça me faisait dormir. Je croyais que c'était bon pour le sexe mais finalement cela me provoquait des ronflements.

Le premier geste au réveil?

Je me rendors!

Votre première volonté après votre mort?

Tuer tous les cons de là-haut. Ça va me prendre l'éternité!

(c) Source : Le Figaro