Publié le 12/06/2018

C'est la nouvelle qui fait bruisser Internet depuis plusieurs jours. Le rappeur du Havre Médine devrait se produire au Bataclan les 19 et 20 octobre prochains. Sauf que l'artiste français a été rattrapé par les paroles d'une de ses chansons qui a créé la polémique. Dans « Don't Laïk » (jeu de mot en anglais qui se prononce comme « Don't Like » (« J'aime pas », avec le mot laïc), le rappeur disait vouloir « crucifier les laïcards » ou mettre « des fatwas sur la tête des cons ». De nombreuses personnalités du monde politique ont réclamé l'annulation de ces concerts. Mais Médine vient de sortir une longue lettre dans laquelle il se défend : « Je renouvelle mes condamnations passées à l'égard des abjects attentats du 13 novembre et de toutes les attaques terroristes (...) Voilà 15 ans que je combats toute forme de radicalisme dans mes albums ». De son côté, le porte-parole du gouvernement Benjamin Grivaux a réagi : « les salles sont libres de programmer qui elles veulent sauf s'il y a incitation à la haine raciale, s'il y a trouble à l'ordre public et ça, c'est au droit de le dire ». Pour l'heure, les deux dates sont maintenues.

(c) Source : Chante France