Publié le 19/01/2015

La situation financière de la chanteuse Linda de Suza semble tomber de Charybde en Scylla. En 2010, elle lance un premier appel au secours. Elle est ruinée. Escroquerie, insouciance, il est difficile d'y voir clair. L'argent qu'elle a gagné en vendant quelque vingt millions de disques et son best-seller La Valise en carton ont volé en fumée.

Le succès la fuit depuis une dizaine d'années. Émus par sa situation, quelques âmes généreuses du showbiz volent à son secours. À l'instigation du spécialiste de la chanson française Fabien Lecœuvre, Patrick Sébastien l'invite dans son Grand Cabaret sur France 2. Cela fait treize ans qu'elle n'était pas passée dans une grande émission télévisée.

Aujourd'hui l'ex-madone des femmes de chambre est en droit de prendre sa retraite. Elle a effectué sa demande. Malheureusement pour elle, les caisses concernées ne vont lui octroyer qu'une pension de 400 euros. La chanteuse pense qu'il y a une erreur et que les services n'auraient pas pris en compte ses premières années en France où elle a été femme de ménage pour assurer sa subsistance et essayer de s'en sortir. Son histoire est célèbre. Elle l'a racontée par le menu dans son livre La Valise en carton.

Elle écrit à Manuel Valls pour lui demander de l'aide

Toujours battante dans la tourmente, elle vient d'adresser une lettre au Premier ministre Manuel Valls. Pour l'instant, elle ne semble pas encore avoir reçu de réponse. En 2010, elle avait annoncé qu'elle poursuivrait en justice les aigrefins qui selon elle avait détourné ses comptes.

Sur RTL, la chanteuse dont le franc-parler et la franche nature ont su charmer ses admirateurs a résumé sa triste situation avec ces mots: «Je n'ai même pas de quoi acheter à manger à mon chien.»

(c) Source : Le Figaro