Publié le 24/06/2016

Le rendez-vous a été tenu secret. Il y a quelques jours, Renaud était à Sète pour une rencontre exclusive de deux heures avec des lycéens. L'entrevue a été planifiée par Stéphanie Valois, professeur de français et grande admiratrice de l'artiste depuis sa plus tendre enfance.

C'est en écoutant la chanson Les Mots, du dernier album du chanteur, que la professeur a eu l'idée de confier un travail un peu spécial à ses élèves: écrire une lettre à Georges Brassens en se mettant à la place de Renaud, qui aime énormément cet artiste. Et le concept farfelu imaginé par la professeur a fonctionné. Plusieurs lettres sont alors écrites. Stéphanie Valois se décide par la suite à contacter l'agent de Renaud pour lui transmettre les lettres.

Le 12 mai dernier, c'est avec une immense joie et beaucoup d'étonnement que la professeur de 43 ans reçoit un appel de Renaud en personne. Extrêmement touché par les écrits des enfants, il a tenu à leur donner rendez-vous à l'Espace Georges-Brassens. L'entretien se met alors en place. Cependant Renaud insiste sur un point: la rencontre se fera en secret, sans l'intervention de personnes extérieures au projet. Il ne faut pas que les gens soient au courant de ce rendez-vous.

Émotion déchirante

Le grand jour arrive enfin et l'artiste s'inquiète: «Mais j'vais leur dire quoi moi aux mômes?». Les élèves sont quant à eux un peu tendu. Ce n'est pas tous les jours qu'ils rencontreront une icône de la chanson française. Au fur et à mesure, l'atmosphère se détend et la discussion va bon train entre les 60 enfants réunis pour l'occasion et le chanteur de 64 ans. Il parle beaucoup, s'attarde sur les mots et évoque avec nostalgie les chanteurs à texte de son époque, bien moins présents aujourd'hui. Il aime la musique, sa musique mais aussi celle de son idôle, Georges Brassens. D'ailleurs, les similitudes ne manquent pas entre les compositions des deux chanteurs. La musique Hexagone de Renaud et Le Roi des cons de Brassens sont très proches.

Ensuite, c'est avec une émotion déchirante et les larmes au bord des yeux que Renaud parle des attentats de Charlie Hebdo, de ses plus proches amis disparus subitement sous le feu de la barbarie. Il rappelle aux enfants la célèbre citation de Pierre Desproges: «On peut rire de tout mais pas avec n'importe qui.»

Les deux heures de rencontre s'achèvent enfin. Renaud doit partir. Mais au dernier moment, une élève le rattrape et lui demande de chanter. Accompagné de son fidèle guitariste, le chanteur entame Les Mots et En cloque, deux de ses morceaux préférés. Son jeune public est concquis, la professeur est, elle, très touchée par cet entretien inattendu qui se termine en musique.

(c) Source : Le Figaro