Publié le 10/10/2013

Les Cassandre prédisaient qu'elle ne chanterait pas plus d'un été. Face à elle, la plus rassurante Elsa, interprète de T'en va pas , avait le mérite de faire son âge. Vingt-cinq ans après, pourtant, qui se souvient d'Elsa? Vanessa Paradis a tenu le cap, là où nul n'aurait imaginé qu'on la verrait encore sur scène à 40 ans. Elle en était persuadée, depuis sa prime enfance.

Dès 8 ans, elle participait à L'École des fans, chantant Émilie Jolie avec un bel aplomb. Six ans plus tard, en jeans troués et sweat-shirt ample, elle faisait sensation en lolita, avec une chanson explosive, Joe le taxi. L'histoire d'un chauffeur de nuit écoutant Xavier Cugat et Yma Sumac sur son autoradio, écrite par le génial Roda-Gil, parolier historique de Julien Clerc. En 2013, Vanessa Paradis chante des titres de Benjamin Biolay, qui a supervisé les textures de son double album, Love Songs. Une de ses plus belles réussites, et la preuve de sa faculté à se réinventer en permanence.

Malgré le succès commercial, en France comme à l'étranger - Joe le taxi se classa numéro un en Angleterre -, Vanessa Paradis essuya de nombreuses critiques dès ses débuts. Des attaques qui l'obligèrent à se construire une ­carapace. Quitte à surjouer dans son rôle de victime. Contrairement à ce qu'elle a pu dire, elle ne fut pas malmenée par ses camarades de lycée au plus fort de son exposition, mais par le métier, qui lui fit payer son peu d'expérience en la testant. Elle a retenu la leçon. Elle veille ainsi scrupuleusement sur sa vie privée, ne laissant filtrer que ce qu'elle a bien voulu donner en pâture aux médias. Capable de flairer les paparazzi à des kilomètres à la ronde, elle est devenue leur cauchemar.

Cauchemar des paparazzi

Dès sa collaboration avec Gainsbourg, sur l'album Variations sur le même t'aime, elle accéda à une respectabilité qui ne lui a plus jamais fait défaut depuis. Malgré des choix de carrière parfois hasardeux, en particulier au cinéma. Si elle a commencé en beauté, sous la caméra de Jean-Claude Brisseau (Noce blanche, en 1989), elle a ensuite accumulé les loupés: Un amour de sorcière et 1 Jour sur 2seront des échecs retentissants, rattrapés par les bons chiffres de fréquentation d'Elisa et de La Fille sur le pont. C'est peut-être son alternance entre cinéma et musique qui lui permettra de durer.

De Lenny Kravitz à Matthieu Chedid, elle veille à s'entourer d'auteurs-compositeurs au profil en vue, qui lui taillent des albums sur mesure et la remettent en orbite à des périodes cruciales de sa carrière. Héritée des conseils avisés de son oncle Didier Pain, acteur et producteur, la méthode Paradis repose sur sa discrétion autant que son éclectisme. De Chanel à H & M, elle a su épouser les changements de la société.

En concert à Toulouse, (Haute-Garonne), les 14 et 15 octobre, à Troyes (Aube), le 22, à Perpignan (Pyrénées-Orientales), les 26 et 27 et au Casino de Paris du 5 au 13 novembre.

(c) Source : Le Figaro