Publié le 17/01/2015

«Ma petite est comme lŽeau, elle est comme lŽeau vive, elle court comme un ruisseau que les enfants poursuivent, courez, courez vite si vous le pouvez, jamais, jamais vous ne la rattraperez...» Rien que pour la première strophe de l'eau vive Guy Béart mérite les plus beaux éloges.

Le plus doux des chanteurs de ritournelles fera ses adieux à l'Olympia le samedi 17 janvier. Sa fille Emmanuelle Béart, ses amis Julien Clerc et Patrick Sébastien ont tenu à être à ses côtés. En avant-première nous vous offrons le florilège de son répertoire: Bal Chez Temporel, L'Eau vive, Le matin je m'éveille en chantant, Vive la rose et Les Couleurs du temps.

 Bal chez Temporel (1958) en hommage à André Hardellet

● L'Eau vive (1958)

 Le matin je m'éveille en chantant (1960)

 Vive la rose (1966)

● Les Couleurs du temps (1973)

● Les adieux de Guy Béart à L'Olympia, le samedi 17 janvier à 20h30. 29 boulevard des Capucines Paris IXe. 08.92.68.33.68

(c) Source : Le Figaro