Publié le 16/09/2015

Cible de violentes charges de la part des internautes après la mise en ligne de son morceau Ouvrir son cœur, Francis Lalanne a décidé de prendre le taureau par les cornes, sans attendre.

L'auteur compositeur s'est justifié cette nuit sur sa page Facebook en postant le message suivant: «La situation qui empirait à Sangatte m'a inspirée ce texte il y a 15 ans. À l'époque, aucun producteur ne voulait produire cette chanson à cause du sujet et des images. Aucune radio ni chaîne télévisée n'a voulu diffuser cette chanson pour les mêmes raisons. Le producteur, qui a souhaité défendre alors ce titre, vient de le poster sur YouTube, pour manifester son indignation face à l'actualité.»

Taxé d'opportunisme, l'artiste a récemment publié un clip gênant s'ouvrant par un dessin du corps du jeune Aylan sur la plage accompagné de l'inscription Plus jamais ça!, expression qui s'applique également à la pensée que l'on peut avoir à l'écoute de cette chanson. Puis il enchaîne avec des images d'embarcations de fortune sur lesquelles se retrouvent la détresse des voyageurs.

Ce sont sur ces illustrations que Francis Lalanne a décidé de placer sa voix. «Les aider n'était pas un devoir car il y assez d'argent, assez de terre pour tous les gens et pour qu'aucun ne soit jamais chassé du monde où il est né. Car il y a assez de temps pour que demain soit maintenant», telles sont les niaises paroles de l'interprète de On se retrouvera.

«Reprendre ensemble les refrains»

Dans l'esprit de Pierre Billon et de sa Bamba triste, le clip kitsch était bien évidemment du pain béni pour les critiques moquant tant la maladresse face à un sujet pareil que la réalisation du montage mettant en scène un Francis Lalanne pianotant au milieu de montagnes créées à partir d'un fond vert.

En réponse à ces remarques, il écrit: «Ce sujet est hélas mon cheval de bataille depuis bientôt 20 ans. À l'époque où j'ai sorti la chanson, je m'inquiétais de la fermeture officielle des lieux d'accueil transitoire et je ne cessais de répéter à qui voulait m'entendre que cela risquait d'aggraver la situation des réfugiés. (...) Faut-il se taire au moment où une prise de conscience mondiale semble susciter l'intérêt des gouvernants? Je pense au contraire que c'est le moment où jamais de reprendre ensemble les refrains que d'aucun jusqu'ici ont fait profession d'ignorer».

Et d'ajouter: «Faut-il préciser bien sûr que je ne touche pas d'argent sur la publication youtube de ce titre? Et que si c'était le cas, je reverserais bien évidemment l'intégralité aux associations qui mènent le même combat que moi depuis 20 ans».

La vraie question serait davantage de savoir si Francis Lalanne et ce morceau font vraiment avancer la cause des réfugiés. La réponse n'est pas aussi certaine que le malaise provoqué par Ouvrir son cœur...

(c) Source : Le Figaro