Publié le 16/03/2016

Ses adieux en 2011 n'étaient qu'un au revoir. Celui qui avait promis qu'il «ne ferait pas le coup du come-back» à l'issue de sa dernière tournée, n'a pas résisté longtemps à la tentation de remonter sur scène. Eddy Mitchell, âgé aujourd'hui de 73 ans, est de retour pour une série de concerts, du 15 mars au 3 avril, au Palais des sports de Paris.

«Je n'ai jamais dit que je ne referais pas de scène, j'ai dit que je ne referais pas de tournée!», avait confié il y a quelques mois «Monsieur Eddy» qui a publié en octobre dernier son 36e disque studio, composé de dix titres inédits ainsi que de deux reprises. L'an dernier, Eddy Mitchell refusant l'idée de devenir un «papy du rock», était déjà sorti quelque peu de sa retraite pour remonter sur scène à Bercy pour six concerts avec Jacques Dutronc et Johnny Hallyday.

Cette fois-ci, le «Grand Schmoll», qui a sorti son premier disque en 1961 avec le groupe des Chaussettes noires sous la houlette d'Eddie Barclay, chante durant plus de deux heures sans entracte, en version crooneur, costume noir, chemise blanche et avec sa barbe courte, qui lui va si bien.

Sur scène, un big band à ses initiales de douze cuivres endiablés, un piano à queue, une batterie, deux guitares et quatre choristes l'accompagne pour passer en revue ses 55 ans de carrière. Le Cimetière des éléphants, Pas de Boogie Woogie, Couleur menthe à l'eau ... Aucun de ces succès n'a été oublié.

L'un des concerts retransmis dans les salles de cinéma

«Ça me fait vraiment plaisir de vous retrouver! Est-ce réciproque?», a-t-il lancé, un brin cabot, après la deuxième chanson lors de la toute première représentation à Paris. «Il n'y aura pas d'effets spéciaux», prévient-il. «Mon ami Johnny m'a bien proposé de me prêter sa tête de mort (NDLR: décor principal de la tournée du rockeur), mais il l'avait déjà installée dans son jardin de Los Angeles pour effrayer les oiseaux!».

Jazz, rythm'n blues, rock classieux...: Eddy Mitchell célèbre en souvenirs et en chansons tous ses héros comme Ray Charles, Chuck Berry, James Brown, Elvis Presley, Nat King Cole, The Platters... En écho, des solos savoureux de saxophone. Son concert du 1er avril sera retransmis en direct dans plus d'une centaine de salles de cinéma.

(c) Source : Le Figaro