Publié le 27/01/2015

Le chanteur Dave a souhaité saluer à sa façon l'immense artiste qui était Demis Roussos. «Il était gargantuesque, c'était le seul chanteur que je connaissais qui se faisait deux poulets au petit déjeuner. C'était l'exemple même du bon vivant méditerranéen. Assez paresseux ... C'était quelqu'un de très sympathique. Il marchait en Amérique du Sud, en Orient, en Australie, tous les continents connaissaient les chansons de Demis Roussos.»

Boris Bergman, auteur de We Shall Dance et de Rain And Tears s'est également exprimé: «Il avait beaucoup de talent, une voix exceptionnelle, unique, il était complètement magique»

À ce même micro un peu plus tôt dans la matinée, Nana Mouskouri avait confié au sujet de son compatriote: «C'était un bon copain, quelqu'un de bien.Il avait une voix superbe, il a voyagé dans le monde. Il aimait beaucoup ce qu'il faisait, il était toujours content, très optimiste comme les Grecs peuvent l'être. Il avait beaucoup de talent, il était très aimé et il a beaucoup travaillé. Demis a voulu apprendre d'autres langues, respecter d'autres cultures» a-t-elle déclaré, avant de conclure sur une note pleine d'espoir: «J'espère qu'il est dans un meilleur monde». Nana Mouskouri et Demis Roussos se connaissaient effectivement très bien. Ils ont notamment partagé plusieurs duos au cours de leur carrière, comme «To Gelakaki» dans les années 70

Sheila aussi a chanté avec Demis Roussos. la chanteuse s'est souvenue de sa collaboration autour du titre Aimer avant de mourir. «C'est quelque chose qui m'a marqué. Il avait une voix hors du commun, extraordinaire et il ne l'a jamais perdue, il y a trois ans on a chanté en tournée ensemble et il chantait toujours de la même façon. Quand on avance dans le temps, souvent les voix changent un peu et lui pas du tout» a-t-elle lâché, en faisant référence à la tournée Âge tendre et tête de bois durant laquelle ils ont partagé la scène. «Abasourdie», Sheila gardera le souvenir d'«un bon vivant qui aimait bien manger».

(c) Source : Le Figaro