Publié le 14/01/2016

Il était sans aucun doute l'une des plus belles voix de la chanson française. Trente ans ont passé depuis sa disparition et pourtant Daniel Balavoine demeure bien vivant à travers ses œuvres musicales. L'interprète de L'Aziza est décédé, le 14 janvier 1986, à l'âge de 34 ans, dans un accident d'hélicoptère au Mali, lors de la course du Paris-Dakar.

L'Aziza, Le chanteur, Vendeurs de Larmes, Mon fils, Ma bataille... sont autant de titres, qui du vivant même du chanteur, décrivaient les sentiments nouveaux d'une société en mutation qui cherchait ses repères après 1968.

Dés les années 70-80, ses titres ont fait échos aux changements de mentalités, aux aspirations libertaires de la jeunesse. Les plus de vingt ans se souviennent encore de l'audace de Balavoine face à François Mitterrand, futur président de la République. En quelques mots il lui fit comprendre que la France et la politique devaient changer.

Très engagé pour les valeurs républicaines, Daniel Balavoine a été le chantre et le visage d'un monde désireux de révolutions. «Ses yeux remplis de pourquoi?/ Cherchent une réponse, moi»... a écrit l'artiste dans l'Aziza.

Retour sur ces tubes intemporels, qui résonnent encore avec l'actualité d'aujourd'hui.

● Le Chanteur (1978)

● S.O.S d'un terrien en détresse (1979)

● Mon fils, ma bataille (1980)

● Je ne suis pas un héros (1980)

● La vie ne m'apprend rien (1981)

● Vendeurs de larmes (1982)

● Vivre ou Survivre (1982)

 Dieu que c'est beau (1984)

● Tous les cris les S.O.S (1985)

● L'Aziza (1985)

(c) Source : Le Figaro