Publié le 11/04/2016

Dalida voulait «mourir sur scène». Jamais, elle n'aurait songé qu'elle pourrait y «ressusciter». C'est pourtant le projet du producteur lorrain David Michel, dirigeant de la société de production HIPE (pour Holographic International Productions Entertainment), basée au Luxembourg.

À l'aide de cinq associés, il est actuellement en train d'imaginer le spectacle Hit-parade, qui sera dévoilé à partir du 12 janvier 2017 au palais des Congrès de Paris et dont les billets seront mis en vente à partir du 21 avril.

Dalida ne sera pas seule à assurer le show. L'interprète de Laissez-moi danser retrouvera plusieurs de ses compagnons de la variété des années 1970: Claude François, Mike Brant et Sacha Distel. Hit-parade proposera aux spectateurs de plonger dans l'univers d'une émission de télévision de 1974, dans laquelle les quatre artistes chanteront, danseront et parleront comme s'ils étaient vivants, au milieu de danseurs, comédiens et musiciens en chair et en os.

Des hologrammes comme pour Tupac ou Michael Jackson

Par quels moyens prendront-ils place sur scène? Les quatre artistes seront représentés sous la forme d'hologrammes, soit des images virtuelles reconstituées par ordinateur d'après les modèles originaux. Des effets spéciaux qui ont déjà permis de revoir sur scène le rappeur Tupac Shakur, assassiné en 1996 et premier à être réapparu sous la forme d'hologramme, en 2012 au festival de Coachella. Michael Jackson et Elvis Presley ont eu aussi déjà eu droit à leur hologramme.

Concrètement, HIPE va faire appel au studio d'animation français Mac Guff, derrière le succès du film d'animation Moi, moche et méchant, pour animer ces quatre stars, en utilisant la technique de la «motion capture». C'est-à-dire que des doublures mimeront les mouvements de Cloclo, Dalida, Mike Brant et Sacha Distel qui seront mémorisés grâce à des capteurs puis reproduits numériquement sur la projection des chanteurs.

Un investissement de 5 millions d'euros

Côté voix, l'Ircam (Institut de recherche et coordination acoustique/musique) a disséqué les interviews audio et vidéo de chacun des artistes pour isoler chaque phonème afin de pouvoir reconstruire n'importe quelle phrase. Les quatre artistes «ressuscités» ne seront donc pas cantonnés à réciter des extraits d'entretiens mais pourront bel et bien dialoguer. «On pourra leur faire dire ce qu'on veut», a ainsi assuré David Michel au Parisien. Le tout sera néanmoins sous le contrôle des ayants-droit qui ont été emballés par l'idée de ce spectacle.

Au total, Hit-parade devrait coûter 5 millions d'euros, soit une fois et demie plus cher qu'une comédie musicale lambda. Mais pour David Michel, l'investissement en vaut la chandelle: «On a 250 millions d'albums vendus sur l'affiche, et les quatre fan-clubs réunis représentent 750.000 personnes».

Et à ceux qui pointent du doigt l'aspect morbide du projet, le producteur a déjà sa réponse toute faite: «Quand on fait un film sur Coluche ou sur Claude François, personne ne dit que c'est morbide. L'idée n'est pas de faire revivre les morts, mais de remonter à l'époque où ils étaient vivants». Un voyage musical dans l'espace-temps. Aujourd'hui, on ne peut plus vraiment mourir sur scène.

(c) Source : Le Figaro