Publié le 12/04/2016

Quarante ans après avoir chanté pour la première édition du Printemps de Bourges, Bernard Lavilliers sera sur scène mercredi soir pour fêter l'anniversaire du festival de musique. À cette occasion, il s'est exprimé au micro d'Europe 1 ce mardi. «J'ai les mêmes valeurs que lorsque j'avais 18 ans: la justice, l'amour, et une forme de liberté très personnelle que d'autres appellent anarchie», a-t-il assuré à Thomas Sotto.

Questionné sur le contexte social et politique actuel, Bernard Lavilliers raconte s'être rendu place de la République à Paris incognito pour rencontrer les manifestants de Nuit Debout, le mouvement citoyen qui dénonce la loi El Khomri. «Nuit debout se réclame d'une forme d'anarchie. Cette place de la République est un forum», explique le chanteur. «Il y a des “y a qu'à” et des “faudrait”, mais je trouve ça pas mal. Ça n'a rien à voir avec la loi Travail, c'est certainement parti de là mais ça s'est étendu à beaucoup d'autres choses», analyse-t-il. Comme par exemple cette «sorte de tyrannie des énarques, qui sont d'une arrogance incroyable et se penchent sur les problèmes du peuple, et dont le peuple ne veut plus».

Pour cette 40e édition, le nouveau directeur du festival Boris Vedel a vu les choses en grand et a rassemblé les plus grands noms de la chanson. Pami eux: Dionysos, de retour avec un nouvel album fin janvier, Katerine, Dominique A, mais aussi Louise Attaque, qui se produira dans tous les festivals cet été. Le coup d'envoi sera assuré mercredi 12 avril par Mika, tandis que la soirée de clôture sera assurée par Maître Gims le 17.

(c) Source : Le Figaro