Publié le 13/04/2016

Décidément, Benjamin Biolay n'est pas un adepte de la parole lissée voire policée. À l'occasion de la sortie prochaine de son nouvel album Palermo Hollywood, tandis qu'il expliquait encore tout le mal qu'il pensait de Henri Salvador il y a quelques jours, le chanteur colérique n'a pas hésité à tirer à boulets rouges sur le livre de Valérie Trierweiler. Quitte à se moquer de ce que posséderait le président Hollande en dessous de sa ceinture...

Sous des dehors mélancoliques et délicats, Benjamin Biolay est en réalité un homme de poigne, à qui on ne la fait pas. Lorsque le chanteur a quelque chose à dire, il ne fait pas dans la demi-mesure. L'ex-première dame, largement citée et critiquée par l'artiste dans GQ, peut en témoigner!

Valérie Trierweiler a, selon lui, «fait beaucoup de mal à la France et au concept même de vie privée» en publiant sa romance Merci pour ce moment, dans lequel elle retrace sa courte histoire avec le président François Hollande.

«J'étais hilare!»

«Je n'en ai rien à foutre», a-t-il lâché passablement agacé de ces disputes de comptoirs rendues publiques sur les étalages des librairies. «Elle n'avait qu'à régler ça en privé et n'avait qu'à lui écrire la lettre la plus violente qu'il aurait reçue de sa vie. Ça se passe comme ça chez les gens», a-t-il lancé à Léa Salamé, en relevant un manque de retenue de la part de la journaliste.

«J'étais hilare! Tous les synonymes d'indignation… Je me suis même dit qu'il devait en avoir une énorme parce que s'il en avait une toute petite, elle l'aurait mis dans le bouquin», a-t-il conclu non sans sarcasme au sujet de François Hollande.

Benjamin Biolay n'est pas près de voir son courroux s'apaiser, puisqu'une adaptation cinématographique du roman de Valérie Trierweiler serait, selon certains dires, en gestation pour 2017.

(c) Source : Le Figaro