Publié le 28/10/2016

Le «Frank Sinatra français», Charles Aznavour, s'est dit très ému de recevoir une étoile d'honneur, le 27 octobre, à l'image de celles qui pavent la Promenade de la célébrité (Walk of fame), par la communauté arménienne. Celle-ci est purement honorifique. Elle rend hommage à sa contribution en faveur de la culture arménienne et ne sera donc pas posée sur Hollywood Boulevard.

«Je viens à Hollywood depuis des années, j'ai beaucoup travaillé aux États-Unis car (...) le pays du show-business, c'est l'Amérique», a déclaré à l'AFP le musicien de 92 ans. Et a ajouté lors de la cérémonie au théâtre Pantages d'Hollywood, où il sera sur scène vendredi qu'il été «très honoré et très ému de recevoir cette étoile». Saturday night Live

Charles Aznavour, Shahnourh Varinag Aznavourian de son vrai nom, est né en 1924 à Paris de parents arméniens (mais originaires de Géorgie et de Turquie) est devenu l'un des plus ardents porte-drapeaux de la diaspora arménienne. Une communauté qui, dit-il, représente sa «base».

«Ce qui m'amuse beaucoup, c'est que la Turquie a raté quelque chose, ils n'ont pas un seul grand chanteur, j'aurais été un chanteur turc et aujourd'hui je suis un chanteur français, ce qui prouve que les génocides ne servent à rien, il y a toujours des survivants», a expliqué avec ironie l'auteur de plus de 1 000 chansons au cours de la cérémonie.

Un génocide que ne reconnaît pas la Turquie, ou du moins en récuse le terme, qui a fait plus de 1,5 million de victimes entre 1915 et 1916.

Aznavour, qui continue à donner des concerts à travers la planète après 80 ans de carrière, dit éprouver encore beaucoup de plaisir à monter sur scène: «J'ai l'impression de rencontrer ma famille, qu'elle soit italienne ou espagnole ou autre, le public fait partie de ma famille, là où je suis le plus heureux, c'est sur une scène.»

Le «chanteur de variété le plus important du 20e siècle», selon CNN, n'a pas non plus perdu l'inspiration. «J'ai toujours quarante chansons d'avance, j'écris tous les jours», a-t-il ainsi assuré. Peut-être le public parisien pourra-t-il en découvrir certaines les 21, 26 et 28 décembre 2016. Au Palais des Sports à Paris, Charles Aznavour se prépare à donner trois représentations exceptionnelles.

(c) Source : Le Figaro