Publié le 07/04/2015

Paris ne sera pas triste en septembre. Charles Aznavour sera en haut de l'affiche du Palais des sports les 15, 16, 17, 19, 23, 25 et 25 septembre. À la fin de l'année le dernier monstre sacré de la chanson française aura fêté depuis quelques mois son 91e anniversaire - il est né le 22 mai 1924 - et nul doute qu'il aura bon pied bon œil sur cette scène qu'il n'a jamais encore foulée.

Toujours optimiste et plein d'allant, Charles Aznavour ne va pas se contenter de rechanter ses chansons légendaires. Il vient de sortir un 46ème album - presque un record - intitulé Encores. Le S final n'est pas une coquille, il signifie que celui qui fut il y a plus de cinquante ans le secrétaire particulier d'Édith Piaf, entend bien rester le patron de la chanson française jusqu'à son centenaire. N'a-t-il pas récemment donné un «rendez-vous dans dix ans» au président François Hollande en personne.

«Si je ne travaille pas, je meurs»

Après quatre ans d'absence de la scène parisienne, l'immense Charles Aznavour, a confié à nos confrères de RTL son besoin existentiel de retrouver son public, toujours inconditionnel: «Si je ne travaille pas, je meurs.»

En attendant, impatiemment, d'écouter La Bohème, Les plaisirs démodés, Hier encore, Aznavour continue son tour du monde. Il sera le 20 avril à Saint-Petersburg, le 22 avril à Moscou, le 9 mai à San Sebastian et le 22 mai à Amsterdam. Charles et son public, c'est For me, for me, formidable...

(c) Source : Le Figaro