Publié le 06/05/2015

Le chiffre 13 porterait-il bonheur à Francis Cabrel? On pourrait le croire au regard du démarrage de son treizième album, In Extremis. Les 108.868 exemplaires vendus en sept jours signent le meilleur démarrage de l'année, a annoncé mardi le site PureCharts. Parmi ces acheteurs, plus de 9.000 ont été séduits par la version numérique. Pas mal pour une industrie du disque en crise.

L'interprète de Petite Marie n'avait pas sorti d'album depuis sept ans. Ce temps de préparation et sa discrétion légendaire payent. In Extremis fait pourtant moins fort que son prédécesseur Des roses et des orties vendu à 800.000 exemplaires en tout, album le plus écoulé en 2008. Pourtant Francis Cabrel peut se targuer de passer en 2015 devant les Enfoirés et Matt Pokora (100.000 et 60.000 disques vendus en sept jours). Il se classe directement numéro 1 du Top albums.

Ce beau démarrage peut aussi étonner par la présence réduite de l'album dans les points de vente. In Extremis n'est présent sur aucune plateforme de streaming. Le chanteur a affirmé en mars dernier ne pas être intéressé, pour l'instant, par ce type de promotion. Les utilisateurs de Deezer et Spotify sont donc privés de ce nouveau disque.

Au cœur d'une petite polémique, Francis Cabrel, habituellement si discret, doit également faire face à une présence médiatique accrue. Le chanteur a décidé de porter plainte la semaine dernière contre l'écrivain Alain Wodrascka. Celui-ci signe une biographie controversée. Dans Cabrel, les chemins de traverse, l'auteur laisse entendre que l'homme aurait été infidèle à sa femme, Mariette Darjo. L'interpète de Je l'aime à mourir s'en défend vivement.

Contacté par Le Figaro, Alain Wodrascka a affirmé ne pas avoir voulu dire une telle chose. Selon lui, la presse se serait «emparée de ce bout de phrase et l'a interprété à sa manière». Quoiqu'il en soit, le chanteur français demande purement et simplement le retrait de cette biographie, contrairement à ce qu'il avait affirmé au site de la Provence quelques jours avant: «Je n'y peux rien. Mon idée, c'est de laisser dire et de ne surtout pas faire le jeu de ce genre de personnes». Francis Cabrel ne s'est pas exprimé depuis.

(c) Source : Le Figaro