Publié le 16/06/2016

Le légendaire rockeur français, Johnny Hallyday, a été condamné en appel à verser, solidairement avec son éditeur, 2.500 euros de dommages et intérêts à son ex-épouse Adeline Blondieau pour l'avoir diffamée dans une autobiographie qu'il avait cosignée avec l'écrivain Amanda Sthers.

En première instance, l'actrice Adeline Blondieau avait été déboutée mais avait immédiatement interjeté appel. Dans ce second procès les juges du fond ont finalement estimé que dans trois passages du livre intitulé Dans mes yeux, publié en 2013, les auteurs ont diffamé la plaignante.

Dans ce livre, selon le chanteur, Adeline Blondieau - qui devint par la suite l'une des héroïnes de la série télévisée Sous le soleil - le «trompait avec tous les petits mecs de Saint-Tropez (sur la riviera française) et jouait les saintes-nitouches».

Me Alexandre Blondieau, avocat et frère d'Adeline, s'est dit «satisfait» que «la cour d'appel ait reconnu que Johnny Hallyday avait dépassé les limites de la liberté d'expression». Y aura-t-il une troisième manche? Pas impossible... Johnny Hallyday et son éditeur peuvent encore se pourvoir en cassation.

(c) Source : Le Figaro